« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Construction -- Civiles » : différence entre les versions

m
(Liens inter-articles)
{{TextQuality|100%}}<div class=prose>
{| width=100% border="0"
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>< [[Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, Construction -- Développement|Construction -- Développement]]</center>
sévères, grandioses et simples. Le plus bel exemple que nous
connaissions de ces constructions civiles dans lesquelles les encorbellements
jouent un rôle très-important est le château de Hoh-KœenigsbourgKœnigsbourg
près Schelestadt<span id="note7"></span>[[#footnote7|<sup>7</sup>]]. On pourrait prendre les salles principales de ce château
pour des constructions du XIII<sup>e</sup> siècle, tandis qu'elles ne furent bâties
civiles, nous en avons donné plus haut la raison; il nous reste à suivre
les applications variées de cette méthode. Il existe dans la partie de la
Champagne qui touche à la Bourgogne, <i>et vice versâversa</i>, des maisons, très-simples
d'ailleurs, construites pendant les XIII<sup>e</sup> et XIV<sup>e</sup> siècles, qui portent
pignon sur rue, et se composent, à l'extérieur, d'une sorte de porche avec
Charles V et de Charles VI, le développement de l'architecture appliquée
aux édifices publics, aux châteaux et aux maisons, est très-rapide. Aucune
dlfficultédifficulté n'arrête le constructeur, et il arrive, en étendant les principes
admis par ses devanciers, à exécuter les constructions les plus hardies et
les mieux entendues sous le double point de vue de la solidité et de l'art.
5 406

modifications