« L’Avare (Goldoni) » : différence entre les versions

11 881 octets ajoutés ,  il y a 13 ans
aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
Madame, à l’honneur de vous revoir. (''Il lui baise''
''la main et sort.'')
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE VII.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">DONNA EUGÉNIE, et LE COMTE.</div>
 
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}} (''à part''.)</div>
 
Si jamais elle est mon épouse, tu ne lui baiseras
certes plus la main.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}}</div>
 
Eh bien ! cher Comte, montrerez-vous moins d’empressement
que le Chevalier.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Il va rejoindte ailleurs don Ambroise ; je l’attendrai
ici, si vous le trouvez bon.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}}</div>
 
Vous êtes bien le maître de rester ; mais vous me
permettrez de passer dans mon appartement, où
m’appellent quelques petites affaires.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Je le vois, Madame ; c’est à regret que vous restez
avec moi.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}}</div>
 
Vous vous trompez, et je suis à vous dans l’instant
Adieu, Comte. (''Elle va pour sortir''.)
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Je vous salue, Madame.
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}} (''à part.'')</div>
 
Quel empressement à me baiser la main ! (''Elle''
''s’arrête''.)
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Madame a-t-elle quelque chose à m’ordonner ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}}</div>
 
Monsieur a-t-il quelque chose à me demander ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Rien, si ce n’est le pardon de ma témérité.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}}</div>
 
Tenez, pauvre Comte. (''Elle lui présente sa main''.)
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Non, Madame, non, ce n’est point là ce que j’implore
de votre bonté ; la main que vous daignez
m’offrir porte l’empreinte encore des lèvres du Chevalier.
Je suis délicat sur cet article.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DONNA EUGÉNIE}}</div>
 
Votre délicatesse ne saurait me déplaire. D’autres
la pourraient appeler un défaut, mais les défauts
que produit l’amour ne sont point incompatibles avec
la sincérité du cœur. (''Elle sort'')
 
 
 
 
 
 
===<center><span style="color:#006699;text-decoration:underline;">SCÈNE VIII.</span></center>===
 
 
<div style="text-align:center">LE COMTE, ensuite DON AMBROISE.</div>
 
 
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Qu’est-ce que toutes ces petites faveurs accordées
par l’usage, aux yeux de celui qui aspire au
bonheur d’être époux ? Qu’elle se familiarise en
attendant avec ma façon de penser, et que s’accommodant
à mon système... Voici don Ambroise.
Il serait possible que le Chevalier ne l’eût point encore
vu ; et si mon bonheur m’offre le premier à lui, c’est
pour moi un motif de plus d’espérer.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Oh ! monsieur le Comte ! vous m’attendez peut-être ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Oui, Monsieur.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Qu’y a-t-il pour votre service ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
L’objet qui m’amène auprès de vous est d’une si
grande importance, qu’il me fatigue singulièrement.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Si c’était par hasard (je ne dis pas cela pour vous
offenser) l’intention de m’emprunter quelque argent,
je vous préviens que je n’en ai point.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Grâces au Ciel, des motifs aussi bas ne me mettent
point dans le cas d’importuner mes amis.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Je vous le répète ; excusez-moi. Les dépenses que
l’on fait aujourd’hui réduisent les plus riches à la
nécessité d’emprunter, et ce n’est plus une honte de
demander de l’argent. Je ne m’en trouve pas ; mais
s’il s’agit d’obliger un galant homme, j’ai un ami
duquel je pourrais me flatter d’obtenir quelques
centaines d’écus, moyennant, toutefois, une honnête
reconnaissance.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Mais je n’ai pas besoin d’argent.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
J’en suis enchanté. Si jamais vous vous trouviez
dans le cas d’en avoir besoin, vous ou quelqu’autre,
vous savez à qui vous adresser. Je n’ai pas un sou :
mais j’en trouverai quand il le faudra.
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Vous avez une belle fille, Monsieur.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Plût au Ciel que je ne l’eusse point !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Pourquoi donc ce langage ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Comment ! regardez-vous comme une petite dépense
pour un homme ruiné, d’avoir une femme chez lui ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Plus sa présence vous fatigue, plus vous devez
songer à la remarier.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Que l’occasion ne se présente-t-elle de le faire ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
L’occasion ne peut se présenter plus à propos.
J’aspire à sa main, et je vous supplie de me l’accorder.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Ayez son consentement, et je vous réponds du mien.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Je crois que je ne me flatte pas en vain de la
voir y souscrire.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
En ce cas, c’est une affaire faite. Je parlerai
à Eugénie, et si vous voulez recevoir sa main ce
soir, je ne vois plus rien qui s’y oppose.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Quand j’aurai son consentement formel, nous dresserons
le contrat.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
À quoi bon un contrat ? À quoi bon dépenser
inutilement de l’argent ? Ne vaut-il pas bien mieux
manger en famille celui que vous vous proposez de
donner au notaire ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Mais nous ne pouvons nous dispenser de dresser un
écrit, ne fût-ce que pour stipuler la dot.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
La dot ? Comment ! vous voulez et l’épouse et la
dot ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Eugénie, en se mariant avec votre fils, n’a-t-elle
pas apporté chez vous une dot considérable ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Le peu qu’elle a apporté a disparu depuis longtemps,
et nous sommes ruinés de compagnie.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Seize mille écus dépensés, en deux ans !
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
On en a, ma foi, bien dépensé davantage. Jetez
un coup d’œil sur l’état des dépenses que l’on a faites.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Je n’ai pas besoin d’examiner ce que vous avez
dépensé pour elle. Mais je sais parfaitement que l’on
doit la restitution de sa dot à une veuve restée sans
enfans mâles.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Est-ce le projet de m’assassiner qui vous amène ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Non ; c’est mon amour pour Eugénie.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Si vous aimiez la femme, vous seriez moins avide
de la dot.
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Ce n’est pas pour moi, c’est pour elle que je la
réclame ; et, dans l’espoir de devenir son époux, je
ne puis ni ne dois trahir ses intérêts.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Dispensez-vous de l’emploi, de procureur d’Eugénie
auprès de moi ; je sais ce qu’elle peut prétendre et ce
que l’on a droit d’exiger de moi. Il y a, et il n’y a pas
de dot ; je veux, et je ne veux pas la donner. Mais s’il
y en a, si je suis forcé de la donner, je prendrai
du moins toutes mes suretés pour que la pauvre
Eugénie ne se trouve pas un jour réduite à l’affreuse
indigence.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Ma maison n’a-t-elle pas de quoi en répondre ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Je vous dis franchement ce que je pense. Si l’amour
seul de la personne vous engageait à songer au mariage,
la dot vous causerait beaucoup moins d’inquiétude.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Je n’en ai parlé que par occasion.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Et je termine en quatre mots : donna Eugénie
a été l’épouse de mon fils ; je lui tiens lieu de père ;
et quand elle aura envie de se remarier, j’y penserai.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Et si elle est actuellement dans cette intention-là ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Qu’elle m’en instruise.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Supposez que je vous parle en son nom.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Supposez que vous êtes Eugénie, et écoutez ma
réponse : le comte de l’Isle n’est pas pour vous.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Pourquoi donc ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Parce que c’est un avare.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Trève aux mauvaises plaisanteries : je ne les aime
pas. Don Ambroise, expliquez-vous sérieusement.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Oui ; parlons sans détours. Comte, vous n’aurez
pas ma belle-fille.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Pourrais-je savoir les motifs de ce refus ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Daignez m’excuser ; mais j’ai d’autres engagemens,
et vous n’êtes pas le premier qui en fassiez la demande.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Le Chevalier m’a peut-être prévenu ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Cela ne serait pas impossible. (''À part''.) Je ne l’ai
pas même vu.
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Quand vous a-t-il parlé ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Quand je l’ai vu.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Est-ce ainsi que l’on répond à un gentilhomme ?
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Votre très-humble serviteur.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Vous me traitez indignement.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|DON AMBROISE}}.</div>
 
Je vous baise les mains.
 
 
<div style="text-align:center">{{personnage|LE COMTE}}.</div>
 
Je vois le but indigne où tendent vos desseins.
Vous refusez la main de votre belle-fille à celui qui
vous redemande sa dot : mais il n’en sera pas ainsi.
Eugénie sera éclairée sur ses intérêts, et l’on vous
forcera de restituer ce que vous avez le projet barbare
d’usurper. (''Il sort''.)
 
 
224 681

modifications