Différences entre versions de « Aurore (Nietzsche)/Livre troisième »

m
Correction des redirects après renommage
m (Correction des redirects après renommage)
m (Correction des redirects après renommage)
{{TextQuality|75%}}<div class="text">
{{Navigateur|[[Aurore - Livre troisième - §170158]]|[[Aurore/Livre troisième]]|[[Aurore - Livre troisième - §172160]]}}
 
''Les évocateurs des morts''. – Certains hommes vaniteux apprécient plus haut un fragment du passé à partir du moment où ils peuvent le revivre sentimentalement (surtout si cela est difficile), ils voudraient même, au besoin, le faire ressusciter d'entre les morts. Puisque le nombre des vaniteux est toujours considérable, le danger que présentent les études historiques, dès que toute une époque leur est soumise, n'est pas mince : on gaspille alors trop de force pour toutes les résurrections imaginables. Peut-être comprendra-t-on mieux tout le mouvement du romantisme en partant de ce point de vue.
''L'alimentation de l'homme moderne''. – L'homme moderne s'entend à digérer beaucoup de choses et même à digérer presque tout, – c'est là sa vanité à lui : mais il serait d'une espèce supérieure justement s'il ne s'y entendait pas : homo pamphagus, ce n'est pas ce qu'il y a de plus fin. Nous vivons entre un passé qui avait un goût plus délirant et bizarre que nous et un avenir qui en aura peut-être un plus choisi, – nous vivons trop dans la moyenne.
</div>
{{A3}}
313 808

modifications