Différences entre versions de « Aurore (Nietzsche)/Livre troisième »

m
Correction des redirects après renommage
m (Correction des redirects après renommage)
m (Correction des redirects après renommage)
{{TextQuality|75%}}<div class="text">
{{Navigateur|[[Aurore - Livre troisième - §184150]]|[[Aurore/Livre troisième]]|[[Aurore - Livre troisième - §186152]]}}
 
''Il y a ici un nouvel idéal à inventer''. – Il ne devrait pas être permis, lorsque l'on est amoureux, de prendre une décision qui engage pour la vie, et de fixer une fois pour toutes, à cause d'un caprice violent, le caractère de sa société : on devrait, publiquement, déclarer sans valeur les serments des amoureux et leur refuser le mariage : – et cela parce que l'on devrait attacher au mariage une importance beaucoup plus grande ! en sorte que, dans les cas où il se concluait jusqu'à présent, il ne se conclurait justement pas ! La plupart des mariages ne sont-ils pas faits de telle sorte que l'on ne désire pas avoir pour témoin une troisième personne ? Et cette troisième personne ne manque généralement pas – c'est l'enfant – elle est plus que témoin, elle est bouc émissaire !
''Mendiants''. – Il faut supprimer les mendiants, car on s'irrite de leur donner, et de ne pas leur donner.
</div>
{{A3}}
313 808

modifications