Différences entre versions de « Aurore (Nietzsche)/Livre troisième »

m
Correction des redirects après renommage
m (Correction des redirects après renommage)
m (Correction des redirects après renommage)
{{TextQuality|75%}}<div class="text">
{{Navigateur|[[Aurore - Livre troisième - §193159]]|[[Aurore/Livre troisième]]|[[Aurore - Livre troisième - §195161]]}}
 
''Vaniteux, avide et peu sage''. – Vos désirs sont plus grands que votre raison, et votre vanité est encore plus grande que vos désirs, – à des hommes de votre espèce il faut recommander foncièrement beaucoup de pratique chrétienne, et, de plus, un peu de théorie schopenhauérienne.
Vanité des maîtres de morale. - Le succès, en somme assez médiocre, que remportèrent les maîtres de morale s'explique par le fait qu'ils voulaient trop de choses à la fois, c'est-à-dire qu'ils étaient trop ambitieux : ils aimaient trop à donner des préceptes pour tout le monde. Mais c'est là errer dans le vague et tenir des discours aux animaux pour en faire des hommes : quoi d'étonnant si les animaux trouvent cela ennuyeux! Il faudrait se choisir des cercles restreints, chercher et encourager chez eux une certaine morale, tenir par exemple des discours devant les loups pour en faire des chiens. Cependant, le grand succès reste généralement réservé à celui qui ne veut éduquer ni tout le monde, ni des cercles restreints, mais un seul individu et qui ne regarde pas à droite et à gauche. Le siècle passé est précisément supérieur au nôtre parce qu'il possédait tant d'hommes éduqués individuellement, ainsi que d'éducateurs dans la même proportion, qui avaient trouvé là la tâche de leur vie, - et avec la tâche aussi la dignité devant eux-mêmes et devant toute autre « bonne compagnie ».
</div>
{{A3}}
313 808

modifications