Ouvrir le menu principal

Modifications

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page corrigée
+
Page validée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
{{numérotation|RÉSURRECTION||312}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
— Nekhludov ! C’est toi ?
 
La première impression de Nekhludov fut toute de plaisir.
plaisir.
 
— Tiens ! Chembok ! — s’écria-t-il joyeusement. Mais, dès l’instant d’après, il comprit qu’il n’y avait là pour lui aucun motif de se tant réjouir.
Mais, dès l’instant d’après, il comprit qu’il n’y avait
là pour lui aucun motif de se tant réjouir.
 
C’était ce même Chembok qui était venu le rejoindre chez ses tantes, le lendemain du jour où il avait séduit Katucha. Nekhludov l’avait perdu de vue depuis longtemps ;
mais on lui avait dit que Chembok, lui aussi, avait quitté le régiment, et que, malgré son manque de fortune et ses dettes, il continuait, on ne savait comment, à vivre dans la société des gens riches. L’élégance de sa mise et l’expression satisfaite de ses traits prouvèrent à Nekhludov qu’on ne l’avait pas trompé.
chez ses tantes, le lendemain du jour où il avait séduit
Katucha. Nekhludov l’avait perdu de vue depuis longtemps ;
mais on lui avait dit que Chembok, lui aussi,
avait quitté le régiment, et que, malgré son manque de
fortune et ses dettes, il continuait, on ne savait comment,
à vivre dans la société des gens riches. L’élégance
de sa mise et l’expression satisfaite de ses traits
prouvèrent à Nekhludov qu’on ne l’avait pas trompé.
 
— En voila une chance, de t’avoir rencontré ! Ma parole, il n’y a plus personne en ville! Eh ! mon cher, tu as vieilli ! — dit l’ancien officier, descendant du fiacre et
parole, il n’y a plus personne en ville! Eh ! mon cher, tu
as vieilli ! — dit l’ancien officier, descendant du fiacre et
déployant ses épaules. Figure-toi que je ne t’ai reconnu
qu’à ta démarche ! Nous dînons ensemble, n’est-ce pas ?
 
— Je crains de ne pouvoir pas accepter ! — répondit
Nekhludov qui pensait seulement à trouver quelque moyen de prendre congé de son compagnon sans le fâcher. — Et toi, que fais-tu ici ? — reprit-il.
moyen de prendre congé de son compagnon sans le
fâcher. — Et toi, que fais-tu ici ? — reprit-il.
 
— Moi, mon cher, j’y suis pour affaire ! Pour l’affaire de ma tutelle. Car tu sais que je suis tuteur ? Je gère les
de ma tutelle. Car tu sais que je suis tuteur ? Je gère les
biens de Samanov, Tu le connais, Samanov, le richard ?
Figure-toi qu’il est ramolli ! Et cinquante-quatre mille
toute particulière. — Tout cela était dans un désordre
lamentable ! Les paysans s’étaient approprié les terres.
Ils ne payaient pas, le déficit était énorme. Eh bien ! moi, en un an de tutelle, j’ai tout remis en état et fait rapporter aux terres 70 % de plus. Hein ! qu’en dis-tu ? —
demanda-t-il avec une fierté encore plus marquée.[[Catégorie:]]
en un an de tutelle, j’ai tout remis en état et fait rapporter
aux terres 70 % de plus. Hein ! qu’en dis-tu ? —
demanda-t-il avec une fierté encore plus marquée.