Différences entre versions de « Les Loix du mouvement et du repos déduites d’un principe metaphysique »

Page 285/286
(Page 277)
(Page 285/286)
Ce n'est donc point dans les petits détails, dans ces parties de l'Univers dont nous connoissons trop peu les rapports, qu'il faut chercher l'Etre suprême: c'est dans les Phenomênes dont l'universalité ne souffre aucune exception, & que leur simplicité expose entierement à notre vûë.
 
::<math>
\vdots
</math>
 
''La conservation du Mouvement n'est vraie que dans certains cas. La conservation de la Force vive n'a lieu que pour certains corps.'' Ni l'une ni l'autre ne peut passer pour un principe universel, ni pour un résultat general des loix du Mouvement.
 
Si l'on examine les principes, sur lesquels se sont fondés quelques Auteurs qui nous onr donné ces loix, & les routes qu'ils ont suivies, on s'étonnera de voir qu'ils y soient si heureusement parvenus.
 
::<math>
\vdots
</math>
 
Après tant de grands hommes qui ont travaillé sur cette matiere, je n'ose presque dire que j'ai découvert le principe universel, sur lequel toutes ces loix sont fondées; qui s'étend egalement aux Corps durs & aux Corps élastiques; d'où dépend le Mouvement & le Repos de toutes les substances corporelles.
 
C'est le pincipe de la ''moindre quantité d'action'': principe si sage, si digne de l'Etre suprême,
 
::<math>
\vdots
</math>
 
<div title="Section III"></div>
118

modifications