Différences entre les versions de « Page:Bouillet - Chassang - Dictionnaire universel d'histoire-geo - 1878 - P2 - H-P.djvu/337 »

aucun résumé de modification
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
[[w:Manifestation du 15 mai 1848|MAI 1848 (Journée du 15)]], où l'Assemblée constituante fut envahie par la populace de Paris.
 
[[w:Manifestation du 15 mai 1848|MAI 1848 (Journée du 15)]], où l'Assemblée constituante fut envahie par la populace de Paris.
   
[[w:Angelo Mai|'''MAÏ''' (Angelo)]], savant jésuite, né en 1782 à Schilpario (diocèse de Bergame), m. en 1854, enseigna les humanités dans plusieurs colléges de son ordre, puis fut attaché à la bibliothèque Ambrosienne, à Milan. Là, il fit une étude particulière de la paléographie et des manuscrits, notamment des palimpsestes, fort négligés jusqu'à lui : il réussit à découvrir sous les écritures modernes des ouvrages ou des fragments inédits d'auteurs anciens, et fit paraître à partir de 1813 une série de publications du plus grand intérêt, notamment des fragments d’''Homère'', de ''Fronton'', d’''Antonin'', de ''Marc-Aurèle'', d’''Appien'', de ''Symmaque'', de ''Denys d'Halicarnasse'', de ''Plaute'', d’''Isée'', de ''Thémiste'', d’''Eusèbe'', de ''Porphyre'', de ''Philon le Juif'', des ''Livres sibyllins'', etc. Appelé en 1819 par Pie VII au poste de premier bibliothécaire de la Vaticane, il justifia ce choix par de nouvelles découvertes d'une grande importance : il parvint à reconstruire, à l'aide des palimpsestes, la plus grande partie d'un des ouvrages les plus regrettés de Cicéron, le ''De Republica''. A. Mai fut honoré des plus hautes dignités de l’Église romaine : il reçut le chapeau de cardinal en 1838. Outre les publications déjà citées, on lui doit plusieurs grands recueils : ''Scriptorum veterum nova collectio e Vaticanis codicibus edita'', Rome, 1825-38, 10 vol. in-4; ''Classici scriptores e Vatic. codd. editi'', 1828-38, 10 v. in-4, un ''Spicilegium romanum'', 1844,10 vol., enfin une ''Nouvelle bibliothèque des SS. Pères'', 1852-53, 6 v., enrichie d'une foule d'écrits retrouvés par lui.
+
[[w:Angelo Mai|'''MAÏ''' (Angelo)]], savant jésuite, né en 1782 à Schilpario (diocèse de Bergame), m. en 1854, enseigna les humanités dans plusieurs colléges de son ordre, puis fut attaché à la bibliothèque Ambrosienne, à Milan. Là, il fit une étude particulière de la paléographie et des manuscrits, notamment des palimpsestes, fort négligés jusqu'à lui : il réussit à découvrir sous les écritures modernes des ouvrages ou des fragments inédits d'auteurs anciens, et fit paraître à partir de 1813 une série de publications du plus grand intérêt, notamment des fragments d’''Homère'', de ''Fronton'', d’''Antonin'', de ''Marc-Aurèle'', d’''Appien'', de ''Symmaque'', de ''Denys d'Halicarnasse'', de ''Plaute'', d’''Isée'', de ''Thémiste'', d’''Eusèbe'', de ''Porphyre'', de ''Philon le Juif'', des ''Livres sibyllins'', etc. Appelé en 1819 par Pie VII au poste de premier bibliothécaire de la Vaticane, il justifia ce choix par de nouvelles découvertes d'une grande importance : il parvint à reconstruire, à l'aide des palimpsestes, la plus grande partie d'un des ouvrages les plus regrettés de Cicéron, le ''De Republica''. A. Maï fut honoré des plus hautes dignités de l’Église romaine : il reçut le chapeau de cardinal en 1838. Outre les publications déjà citées, on lui doit plusieurs grands recueils : ''Scriptorum veterum nova collectio e Vaticanis codicibus edita'', Rome, 1825-38, 10 vol. in-4; ''Classici scriptores e Vatic. codd. editi'', 1828-38, 10 v. in-4, un ''Spicilegium romanum'', 1844,10 vol., enfin une ''Nouvelle bibliothèque des SS. Pères'', 1852-53, 6 v., enrichie d'une foule d'écrits retrouvés par lui.
   
 
[[w:Maïa (Pléiade)|'''MAIA''']], une des Pléiades, fille d'Atlas et de Pléione, fut aimée de Jupiter et devint mère de Mercure. C'est elle qui éleva Arcas, fils de Calisto. — ''V''. MAYA.
 
[[w:Maïa (Pléiade)|'''MAIA''']], une des Pléiades, fille d'Atlas et de Pléione, fut aimée de Jupiter et devint mère de Mercure. C'est elle qui éleva Arcas, fils de Calisto. — ''V''. MAYA.
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
[[w:Maidstone|'''MAIDSTONE''']], v. d'Angleterre, ch.-l. du comté de Kent, sur la Medway, à 54 kil. S. E. de Londres; 16 000 hab. Station. Quelques édifices remarquables. Genièvre; fonderie de fer, papeterie. Grand marché à houblon. Il se livra sous les murs de Maidstone en 1648 une bataille sanglante où les Parlementaires, commandés par Fairfax, défirent les Royalistes.
 
[[w:Maidstone|'''MAIDSTONE''']], v. d'Angleterre, ch.-l. du comté de Kent, sur la Medway, à 54 kil. S. E. de Londres; 16 000 hab. Station. Quelques édifices remarquables. Genièvre; fonderie de fer, papeterie. Grand marché à houblon. Il se livra sous les murs de Maidstone en 1648 une bataille sanglante où les Parlementaires, commandés par Fairfax, défirent les Royalistes.
   
'''MAIER''' (Michel), chimiste, né en 1558 dans le Holstein, m. en 1622, exerça la médecine à Rostock et à Magdebourg, et fut médecin de l'empereur Rodolphe II. Il prétendait faire de l'or. Parmi ses ouvrages, les adeptes recherchent : ''Arcana arcanissima, hocesthieroglyphica ægyptio-græca, vulgo necdum cognita'', 1614; ''Septimana philosophica'', 1620; ''Jocus severus'', 1617; ''De rosea cruce'', 1618; ''Atalanta fugiens'', 1618; ''Cantilenæ intellectuales de phœnice redivivo'', 1622; ''Musæum chymicum'', etc. — ''V''. MAYER.
+
[[w:Michael Maier|'''MAIER''' (Michel)]], chimiste, né en 1558 dans le Holstein, m. en 1622, exerça la médecine à Rostock et à Magdebourg, et fut médecin de l'empereur Rodolphe II. Il prétendait faire de l'or. Parmi ses ouvrages, les adeptes recherchent : ''Arcana arcanissima, hocesthieroglyphica ægyptio-græca, vulgo necdum cognita'', 1614; ''Septimana philosophica'', 1620; ''Jocus severus'', 1617; ''De rosea cruce'', 1618; ''Atalanta fugiens'', 1618; ''Cantilenæ intellectuales de phœnice redivivo'', 1622; ''Musæum chymicum'', etc. — ''V''. MAYER.
   
'''MAIEUL''' (S.), abbé de Cluny, né vers 906, dans le diocèse de Riez, m. au prieuré de Souvigny en 994, réforma l'abbaye de St-Denis. Il est regardé comme le second fondateur de Cluny. On le fête le 11 mai.
+
[[w:Mayeul de Cluny|'''MAIEUL''' (S.)]], abbé de Cluny, né vers 906, dans le diocèse de Riez, m. au prieuré de Souvigny en 994, réforma l'abbaye de St-Denis. Il est regardé comme le second fondateur de Cluny. On le fête le 11 mai.
   
MAIEUL (Clercs réguliers de ST-). ''V''. SOMASQUES.
+
[[w:Clercs réguliers de Somasque|MAIEUL (Clercs réguliers de ST-)]]. ''V''. SOMASQUES.
   
 
[[w:Maignelay-Montigny|'''MAIGNELAY''']], ch.-l. de cant. (Oise), à 20 kil. N. E. de Clermont; 1000 hab. Taillanderie, tanneries, corderies. Ruines d'un vieux château fort.
 
[[w:Maignelay-Montigny|'''MAIGNELAY''']], ch.-l. de cant. (Oise), à 20 kil. N. E. de Clermont; 1000 hab. Taillanderie, tanneries, corderies. Ruines d'un vieux château fort.
   
'''MAILLAC''' (le P. J. MOYRIA de), jésuite missionnaire, né en 1679 à Maillac dans le Bugey, m. à Pékin en 1748, fut envoyé en Chine en 1702, leva pour l'empereur Kang-hi la carte de la Chine et de la Tartarie, et traduisit du chinois en français un des ouvrages les plus importants des grandes annales chinoises, publié par Grosier et Deshauterayes sous le titre d’''Histoire générale de la Chine'', Paris, 1777-84, 12 vol. in 4.
+
[[w:Joseph-Anne-Marie de Moyriac de Mailla|'''MAILLAC''' (le P. J. MOYRIA de)]], jésuite missionnaire, né en 1679 à Maillac dans le Bugey, m. à Pékin en 1748, fut envoyé en Chine en 1702, leva pour l'empereur Kang-hi la carte de la Chine et de la Tartarie, et traduisit du chinois en français un des ouvrages les plus importants des grandes annales chinoises, publié par Grosier et Deshauterayes sous le titre d’''Histoire générale de la Chine'', Paris, 1777-84, 12 vol. in 4.
   
 
'''MAILLARD''' (Jean et Simon), nom de deux frères, bourgeois de Paris, qui, lors de la sédition soulevée par le prévôt Étienne Marcel, s'opposèrent aux intrigues de ce perturbateur. Jean le tua au moment où il allait ouvrir la porte St-Antoine à l'armée du roi de Navarre, Charles le Mauvais (1358).
 
'''MAILLARD''' (Jean et Simon), nom de deux frères, bourgeois de Paris, qui, lors de la sédition soulevée par le prévôt Étienne Marcel, s'opposèrent aux intrigues de ce perturbateur. Jean le tua au moment où il allait ouvrir la porte St-Antoine à l'armée du roi de Navarre, Charles le Mauvais (1358).
   
MAILLARD (Olivier), prédicateur, de l'ordre des Frères Mineurs, né en Bretagne vers 1440, m. en 1503, fut prédicateur de Louis XI. On a de lui des sermons bouffons, en langage macaronique, c.-à-d. mêlés de latin et de français, monument curieux de l'enfance de l'art. On a expliqué ce mélange en disant que, prononcés en français vulgaire, ces sermons étaient mis ensuite en latin, et que, partout où le traducteur était embarrassé, il laissait le français. Ces sermons ont été publiés en différentes parties à Paris, 1498-1521. On a aussi la ''Confession générale du frère Olivier Maillard'', Lyon, 1526.
+
[[w:Olivier Maillard|MAILLARD (Olivier)]], prédicateur, de l'ordre des Frères Mineurs, né en Bretagne vers 1440, m. en 1503, fut prédicateur de Louis XI. On a de lui des sermons bouffons, en langage macaronique, c.-à-d. mêlés de latin et de français, monument curieux de l'enfance de l'art. On a expliqué ce mélange en disant que, prononcés en français vulgaire, ces sermons étaient mis ensuite en latin, et que, partout où le traducteur était embarrassé, il laissait le français. Ces sermons ont été publiés en différentes parties à Paris, 1498-1521. On a aussi la ''Confession générale du frère Olivier Maillard'', Lyon, 1526.
   
MAILLARD (Stanislas), démagogue, était huissier au Châtelet de Paris. Il dirigea l'expédition des femmes du peuple de Paris à Versailles les 5 et 6 oct. 1789, présida le simulacre de tribunal qui jugeait les prisonniers destinés à périr dans les massacres de septembre 1792 et figura dans la plupart des saturnales révolutionnaires. Après la Terreur, il changea de nom. On ignore la date de sa mort.
+
[[w:Stanislas-Marie Maillard|MAILLARD (Stanislas)]], démagogue, était huissier au Châtelet de Paris. Il dirigea l'expédition des femmes du peuple de Paris à Versailles les 5 et 6 oct. 1789, présida le simulacre de tribunal qui jugeait les prisonniers destinés à périr dans les massacres de septembre 1792 et figura dans la plupart des saturnales révolutionnaires. Après la Terreur, il changea de nom. On ignore la date de sa mort.
   
 
[[w:Paul Desforges-Maillard|MAILLARD DESFORGES]], poëte. ''V''. DESFORGES.
 
[[w:Paul Desforges-Maillard|MAILLARD DESFORGES]], poëte. ''V''. DESFORGES.
Ligne 35 : Ligne 35 :
 
[[w:Maillebois|'''MAILLEBOIS''']], bg du dép. d'Eure-et-Loir, à 20 k. S. O. de Dreux; 800 hab. Anc. châtellenie, érigée en marquisat en 1621.
 
[[w:Maillebois|'''MAILLEBOIS''']], bg du dép. d'Eure-et-Loir, à 20 k. S. O. de Dreux; 800 hab. Anc. châtellenie, érigée en marquisat en 1621.
   
'''MAILLEBOIS''' (J. B. François DESMARETS, marquis de), maréchal de France, fils du contrôleur général Desmarets et petit-fils de Colbert, né en 1682, m. en 1762, apprit l'art de la guerre sous Villars, se distingua au siége de Lille (1708), commanda une division en Italie, 1733, soumit la Corse en moins de trois semaines, 1739, et fut créé maréchal en 1741. Envoyé de nouveau en Italie en 1745, pour soutenir l'infant don Philippe, il battit les Autrichiens; mais, accablé par des forces supérieures, il ne put garder le Milanais, et fut battu sous Plaisance (1746).
+
[[w:Jean-Baptiste Desmarets de Maillebois|'''MAILLEBOIS''' (J. B. François DESMARETS, marquis de)]], maréchal de France, fils du contrôleur général Desmarets et petit-fils de Colbert, né en 1682, m. en 1762, apprit l'art de la guerre sous Villars, se distingua au siége de Lille (1708), commanda une division en Italie, 1733, soumit la Corse en moins de trois semaines, 1739, et fut créé maréchal en 1741. Envoyé de nouveau en Italie en 1745, pour soutenir l'infant don Philippe, il battit les Autrichiens; mais, accablé par des forces supérieures, il ne put garder le Milanais, et fut battu sous Plaisance (1746).
   
 
'''MAILLÉ-BRÉZÉ''', anc. maison de la Touraine qui remonte au XI{{e}} siècle, a fourni plusieurs hommes distingués. On connaît surtout : Urbain de Maillé-Brézé, capitaine des gardes du roi, maréchal de France, ambassadeur en Suède, en Hollande, puis gouverneur de l'Anjou (1636), vice-roi de Catalogne en 1642. Il m. en 1650. Il avait épousé une sœur du cardinal de Richelieu. — Armand de Maillé-Brézé, duc de Fronsac et de Caumont, fils du précéd., commanda une escadre au siége de Cadix en 1640, et fut tué d'un coup de canon au siège d'Orbitello en 1646, à 27 ans.
 
'''MAILLÉ-BRÉZÉ''', anc. maison de la Touraine qui remonte au XI{{e}} siècle, a fourni plusieurs hommes distingués. On connaît surtout : Urbain de Maillé-Brézé, capitaine des gardes du roi, maréchal de France, ambassadeur en Suède, en Hollande, puis gouverneur de l'Anjou (1636), vice-roi de Catalogne en 1642. Il m. en 1650. Il avait épousé une sœur du cardinal de Richelieu. — Armand de Maillé-Brézé, duc de Fronsac et de Caumont, fils du précéd., commanda une escadre au siége de Cadix en 1640, et fut tué d'un coup de canon au siège d'Orbitello en 1646, à 27 ans.
23 313

modifications