Différences entre les versions de « Page:Sévigné - Lettres, éd. Monmerqué, 1862, tome 6.djvu/263 »

m
→‎top : Corrections diverses, remplacement: 1e → le
m (→‎top : Corrections diverses, remplacement: 1e → le)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
en Flandre. On ne sait pourquoi cette assemblée de troupes.
 
en Flandre. On ne sait pourquoi cette assemblée de troupes.
   
Le frère Ange<ref>9. Dangeau (tome {{rom-maj|III}}, p. 60, 65 et 71) nous apprend que c’était un capucin, et qu’il fut consulté par la Dauphine en 1690.</ref> a ressuscité le maréchal de Bellefonds ; il a rétabli sa poitrine entièrement déplorée. Nous avons été voir, Mme de Coulanges et moi, le grand maître<ref>10. Le duc du Lude, grand maître de l’artillerie.</ref> qui a pensé mourir depuis quelques jours<ref>11. « Depuis quinze jours. » (''Édition de'' 1754.)</ref> : sa goutte étoit remontée, une oppression à croire qu’il alloit rendre le dernier soupir, des sueurs froides, une perte de connoissance ; il étoit aussi mal qu’on peut l’être<ref>12. « Qu’on peut être. » (''Ibidem''.)</ref>. Les médecins ne le secouroient point : il fit venir le frère Ange, qui l’a guéri, et tiré de la mort avec les remèdes les plus doux et les plus agréables : l’oppression cessa, la goutte se rejeta sur les genoux et sur les pieds, et 1e voilà guéri<ref>13. « Et le voilà hors de danger. » (''Ibidem''.)</ref>.
+
Le frère Ange<ref>9. Dangeau (tome {{rom-maj|III}}, p. 60, 65 et 71) nous apprend que c’était un capucin, et qu’il fut consulté par la Dauphine en 1690.</ref> a ressuscité le maréchal de Bellefonds ; il a rétabli sa poitrine entièrement déplorée. Nous avons été voir, Mme de Coulanges et moi, le grand maître<ref>10. Le duc du Lude, grand maître de l’artillerie.</ref> qui a pensé mourir depuis quelques jours<ref>11. « Depuis quinze jours. » (''Édition de'' 1754.)</ref> : sa goutte étoit remontée, une oppression à croire qu’il alloit rendre le dernier soupir, des sueurs froides, une perte de connoissance ; il étoit aussi mal qu’on peut l’être<ref>12. « Qu’on peut être. » (''Ibidem''.)</ref>. Les médecins ne le secouroient point : il fit venir le frère Ange, qui l’a guéri, et tiré de la mort avec les remèdes les plus doux et les plus agréables : l’oppression cessa, la goutte se rejeta sur les genoux et sur les pieds, et le voilà guéri<ref>13. « Et le voilà hors de danger. » (''Ibidem''.)</ref>.
   
 
Adieu, ma chère enfant. Je fais toujours cette même vie que vous savez, ou au faubourg<ref>14. Chez Mme de la Fayette et chez la Rochefoucauld.</ref>, ou avec ces bonnes veuves<ref>15. Nous avons déjà dit. (p. 158, note 25) que Mme de Sévigné donnait probablement les noms de ces veuves dans la lettre du 12 juin suivant : il semble, d’après la lettre précédente, que Mme du Plessis-Bellière pourrait être aussi du nombre.</ref> ; quelquefois ici ; quelquefois manger la poularde de Mme de Coulanges, et toujours aise<ref>16. « Fort aise. » (''Édition de'' 1754.)</ref> que le temps passe et m’entraîne avec lui, afin de me redonner à vous.
 
Adieu, ma chère enfant. Je fais toujours cette même vie que vous savez, ou au faubourg<ref>14. Chez Mme de la Fayette et chez la Rochefoucauld.</ref>, ou avec ces bonnes veuves<ref>15. Nous avons déjà dit. (p. 158, note 25) que Mme de Sévigné donnait probablement les noms de ces veuves dans la lettre du 12 juin suivant : il semble, d’après la lettre précédente, que Mme du Plessis-Bellière pourrait être aussi du nombre.</ref> ; quelquefois ici ; quelquefois manger la poularde de Mme de Coulanges, et toujours aise<ref>16. « Fort aise. » (''Édition de'' 1754.)</ref> que le temps passe et m’entraîne avec lui, afin de me redonner à vous.
19 727

modifications