Romantiques, Pétrus Borel, Alexandre Dumas/Antony

◄  Index

Représenté pour la première fois à Paris, sur le théâtre des Variétés, le 30 mai 1831.

Paris, J.-H. Barba, 1831. Imprimerie de E. Duverger. In-8 de 38 p. chiff., plus un f. pour l’annonce des pièces nouvelles publiées par Barba, parmi lesquelles nous remarquons : La Famille improvisée, scènes épisodiques, par M. Henri Monnier. Broché : 8 fr.

Charles VII chez ses grands vassaux, tragédie en cinq actes. Représentée sur le théâtre royal de l’Odéon, le 20 octobre 1831.

Paris, Lemesle et Vve Béchet, 1831. In-8 de 120 p. ; broché, couverture imprimée : 10 à 12 fr.

Deuxième édition. — Les mêmes, 1832. In-8 de 128 p.

Dumas nous apprend, dans ses mémoires, que Charles VII est une triple imitation d’Andromaque, de Gœtz de Berlichingen, de Gœthe, et des Marrons du feu, d’Alfred de Musset.

« Charles VII est surtout une étude, une étude laborieusement faite, et non pas une œuvre prime-sautière ; un travail d’assimilation et non un drame original, qui m’a coûté infiniment plus de labeur qu’Antony, ce qui ne veut pas dire que je l’aime autant qu’Antony. »

Richard Darlington, drame en trois actes et en prose, précédé de La Maison du docteur, prologue, par Alex. Dumas. Représenté, pour la première fois, à Paris, sur le théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 10 décembre 1831.

Paris, J.-N. Barba, libraire, 1832. In-8 de 132 p., broché, avec la couverture : 15 à 20 fr.

D’après Quérard, il n’y aurait que quelques exemplaires de l’édition originale portant le nom de Dumas, les autres portant celui de Dinaux (Prosper Parfait Goubaux). Cette pièce a été faite en collaboration avec Félix Beudin (Dinaux) et Prosper Goubaux. Alex. Dumas a indiqué dans ses mémoires la part exacte de chaque collaborateur. Le prologue a été trouvé par Dinaux-Goubaux et écrit par Dumas. La scène des élections a été faite par les deux premiers ; la scène entre le roi et Richard est de Goubaux seul.

Goubaux était maître de pension, Dumas fils devint un de ses pensionnaires.