Revue des Romans/Giovanni Rosini

Revue des Romans.
Recueil d’analyses raisonnées des productions remarquables des plus célèbres romanciers français et étrangers.
Contenant 1100 analyses raisonnées, faisant connaître avec assez d’étendue pour en donner une idée exacte, le sujet, les personnages, l’intrigue et le dénoûment de chaque roman.
1839
◄  Roland Bauchery Rosselle de Saint-Hilaire  ►


ROSINI (Giovani).


LUIZA STROZZI, Histoire italienne du XVIe siècle, 2 vol. in-8, 1835. — L’époque choisie par M. Rosini est celle où Alexandre de Médicis régna sur Florence. Ce fut un scandale et un affront pour les seigneurs florentins, de voir décerner la couronne ducale et l’autorité souveraine à ce bâtard qui portait sur son visage le type africain que lui avait transmis sa mère, esclave mauresque. Soutenu par le pape et par l’empereur, Alexandre mit le pied sur ses ennemis ; le sang le plus pur coula dans les tortures et dans les supplices ; de grandes familles partirent pour l’exil ; de grands biens furent confisqués, et l’investiture en fut donnée à des aventuriers. Impitoyable pour les grands, Alexandre rendait la justice au peuple à la manière de Sancho, une justice ingénieuse, pleine de bon sens et de vive saillie, dont chaque arrêt pouvait être traduit en apologue ; c’était là sa récréation quand il n’avait ni supplice à ordonner ni acte de libertinage à consommer. La famille des Strozzi fut surtout victime de toutes les passions de ce tyran. Luiza Strozzi, mariée à un gentilhomme florentin, est poursuivie par les entreprises violentes du duc, et se trouve un jour tête à tête avec lui ; dans le péril, elle est réduite à s’asseoir sur le balcon d’une fenêtre, et à déclarer qu’au premier mouvement de Son Altesse, elle se précipitera sur le pavé. Luize ne cédant pas, le duc, apprenant qu’elle en aime un autre, la fait empoisonner. Le père de cette jeune femme, Philippe Strozzi, après avoir aidé à l’élévation d’Alexandre, conspire contre lui. Lorsque Alexandre tombe assassiné, Philippe Strozzi se met à la tête de deux mille Florentins pour s’opposer à l’élévation de Come de Médicis ; défait et pris, il se donne la mort d’un coup de poignard, et à ses derniers instants il trouve la force d’écrire avec le sang de sa blessure mortelle un vers de Virgile, sur la muraille de sa prison. La mort de Luize Strozzi termine le roman, plein, mais tout hérissé de tragiques événements.