Prière (Fontaney)

List2 gray&blue.svgPour les autres utilisations de ce mot ou de ce titre, voir Prière.


PRIÈRE.


Oh ! dites-moi si je vous aime ;
Hélas ! je l’ignore moi-même,
Tant mon triste cœur est brisé !
Sous les coups qui l’ont étourdie,
Tant ma pauvre âme est engourdie ;
Tant tout mon être est épuisé !

Dites-moi si ma nef s’égare.
Que votre regard soit mon phare ;
Ouvrez-moi vos bras comme un port.
Montrez le golfe à mon navire,
Et que du moins, si je chavire,
Ce soit à vos pieds, près du bord. —

Mais le ciel, durant les orages,
Sous son noir manteau de nuages
Garde encor sa robe d’azur ;
Et quand son voile est le plus sombre,
Peut-être aussi que, sous son ombre,
Le cœur reste limpide et pur.


Comme en un bois mouillé de pluie,
Sitôt que le soleil l’essuie,
On sent mieux le parfum des fleurs ;
Ainsi peut-être, ô mon amie,
Faut-il, pour bien goûter la vie,
La respirer après les pleurs !

Oh ! prenez-moi sous votre voile ;
Mettez dans ma nuit votre étoile ;
Remorquez mon esquif errant.
Menez mon âme avec votre âme ; —
Je ne saurais tenir la rame,
Je me perdrais sur le courant.

Viennent le soir et la rosée,
La tige, au soleil épuisée,
Va sourire et se ranimer ;
Viennent vos larmes, et peut-être
Je vais respirer et renaître,
Je vais fleurir, je vais aimer.

Ou bien, si la sève est tarie,
Dans votre sein, quoique flétrie,
Mettez la fleur au moins un jour ;
Si mon front effeuillé se penche,
Souffrez qu’en votre âme j’épanche
Tout ce qui reste en moi d’amour.


a. fontaney