Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai du Frêne

Poésies de Marie de France, Texte établi par publié par B. de RoquefortChasseriautome 1 (p. 138-176).

LAI DEL FREISNE


----


Le lai del Freisne vus dirai
Sulunc le cunte que jeo sai[1].
En Bretaine jadis aveient
Dui Chevaliers, veisin esteient ;
Riches hummes furent è manant[2],
E chevaliers prux è vaillant.
Prochein[3] furent d’une cuntrée,
Chescun femme aveit espusée ;
L’une des Dames enceinta
Al fin qu’ele délivera10
A cele feiz ot deus enfanz
Sis Sires est liez è joianz ;
Pur la joïe que il en a,
A un bon veisin le manda,
Que sa femme ad deus fiz éuz,

De tanz enfanz esteit créuz.
L’un li transmettra à lever,
De sun nun le face nomer.
Li riches hum sist al manger
A-tant es-vos le messager ;20
Devant le deis s’agenoila
Tut sun message li cunta.
Li Sires en ad Deu mercié
Un bel cheval li ad doné.
La femme al chevalier surist,
De juste li al manger sist ;
Kar èle ert feinte è orguilluse,
E médisante è enviuse.
Ele parlat mut folement,
E dist devant tute sa gent,30
Si m’eït Deus jo m’esmerveil
U cest Preudum prist cest cunseil
Qu’il ad mandé à mun Seignur,
Sa hunte è sa deshonur.
Que sa femme ad eu deus fiz,
E il, è èle en sunt huniz.
Nus savuns bien qu’il i afiert,
Unques ne fut ne jà n’en iert,
K’en avendrat cel aventure
Qu’à une sule portéure40
Que une femme deus fiz eit,
Si deus hummes ne li unt feit.
Sis Sires l’a mut esgardée ;

Mut durement l’en ad blamée ;
Dame, fet-il, lessez ester,
Ne devez mie issi parler :
Vérité est que ceste Dame
Ad mut esté de bone fame.
La gent qui en la meisun èrent,
Cele parole recordèrent,50
Asez fu dite è conue
Par tute Bretaine fut seue.
Mut en fu la Dame haïe,
Pos en dut estre maubalie,
Tutes li femmes ki l’oïrent
Povres è riches l’en haïrent.
Cil qui le message ot porté
A sun Seignur ad tut cunté,
Quant il l’oï dire è retraire,
Dolent en fu, ne sot qu’i faire ;60
La preude femme en haï
E durement la mescréi,
E mut la teneit en destreit,
Sanz ceo qu’ele nel’ déserveit.
La Dame qu’isi mesparla,
En l’an méismes enceinta ;
De deuz enfanz est enceintié
Ore est sa veisine vengié.
Dèsqu’à sun terme les porta,
Deus filles ot, mut li pesa ;70
Mut durement en est dolente,

A sei méismes se desmente ;
Lasse, fet-èle, que ferai !
Jamès pris ne honur n’aurai !
Hunie suiz, c’est véritez ;
Mis Sire è tut sa parentez
Certes jamès ne me crerrunt
Dès que ceste aventure sauerunt ;
Kar jeo méismes me jugai
De tutes femmes mesparlai.80
Dunc dis-jeo que unc ne fu,
Ne nus nel’ avium véu
Que femme deus enfanz éust,
Si deus humes ne conéust.
N’en ai deus, ceo me est avis ;
Sur méi est turné le pis.
Ki sur autre mesdit è ment
Ne seit mie qu’à l’oil li pent.
De tel humme peot l’um parler
Que meuz de li fet aloser.90
Por mei defendre de hunir,
Un des enfanz m’estuet murdrir.
Meuz le voil vers Deu amender
Que mei hunir è vergunder.
Ceo qui en la chambre esteient
La cunfortèrent è diseient
Que èles nel’ suffreïent pas ;
De humme ocire n’est pas gas.
La Dame aveit une Meschine

Qui mut estéit de franche orine100
Lung-tens l’ot gardée è nurie,
E mut amée è mut chérie.
Cèle oï sa Dame plurer,
Durement pleindre è doluser ;
Anguissusement li pesa,
Ele vient, si la cunforta.
Dame, fet-èle, ne vaut rien :
Lessez cest dol, si ferez bien.
L’un des enfanz me baillez ça,
Jeo vus en déliverai jà,110
Si que honie ne serez,
Ne ke jamès ne la verez.
A un mustier la geterai,
Tut sein è sauf la porterai ;
Aucun Preudhum la trovera,
Si Deu plaist nurir la fera.
La Dame oï que Cele dist,
Grant joie en out, si li promist
Si cel service li feseit,
Bon guerdun de li avereit.120
En une chince de chesil,
Envlupèrent l’enfant gentil ;
E desus un paile roé ;
Ses Sires li ot aporté
De Costentinoble ù il fu,
Unc si bon ne èrent véu.
A une pice de sun laz,

Un gros anel li lie al braz,
De fin or i aveit un unce ;
En chescun turn out un jagunce.130
La verge entra ; esteit lettrée
Là ù la Meschine est trouvée,
Bien sachent tuit vereïement
Qu’ele est née de bone gent.
La Dameisele prit l’Enfant,
De la chambre s’en ist à-tant ;
La nuit quant tut fut aseri,
Fors de la vile s’en eissi,
En un grand chemin est entré
Ki en la forest l’ad mené.140
Parmi la forest sa veie tint,
Od tut l’Enfant utre en vint,
Unques del’ grand chemin n’eissi.
Bien loinz sur destre aveit oï
Chiens abaier, è coks chanter,
Iloc purrat vile trover.
Cele part vet à grant espleit
E la noise des chiens oïeit ;
En une vile riche è bele,
Est entrée la Dameisele ;150
En la vile out une abéie,
Durement riche è garnie.
Mun escient Noneins i ot,
E Abéesse kis guardot.
La Meschine vist le mustier,

Les turs, les murs, è le clochier,
Hastivement est là venue,
Devant li hus est arestue.
L’Enfant mist jus qu’ele aporta,
Mut humblement s’agenuila,160
Ele comence s’oreisun.
Deus, fait-ele par tun seint nun,
Si céo te vient à pleisir,
Cest Enfant garde de périr.
Quant la prière out finée,
Arière s’est regardée,
Un Freisne vit lé è branchu,
Et mut espès è bien ramu ;
E quatre fois esteit ramé,
Por umbre faire i fut planté.170
Entre ses braz ad pris l’Enfant,
Desi qu’al Freisne vient corant ;
Desuz le mist, puis le lessa,
A Deu de veir le comanda.
La Dameisele arière vait,
Sa Dame cunte qu’ele a fait.
En l’abbéie ot un Porter
Ovrir suleit l’us del muster,
Defors par unt la gent veneient,
Quil’ service Deu oïr voleient.180
Icele nuit par tens leva,
Chandeille è lampes alluma,
Le seins sona, è l’us ovri ;

Sur le Freisne les dras choisist,
Quidat ke aukun les ust prist
En larecin, è iloec mis :
D’autre chose n’ot-il regard,
Plus tost qu’il pot vint cele part,
Taste, si ad l’Enfant trové,
E il ad Deu mut mercié ;190
E puis l’ad pris, si ne le laist,
A sun ostel arière vait.
Une Fille ot qui vedve esteit.
Sis Sires fut mort, Enfant aveit,
Petit en berz è aleitant.
Li Preudum l’apelat avant :
Fille, fet-il, levez, levez,
Fu è chaundele alumez ;
Un enfaunt ai ci aporté,
Là fors el Freisne l’ai trové.200
De vostre lait le alaitez,
Eschaufez-le è sil’ baignez.
Cele ad fet sun comandement,
Le feu alum è l’Enfant prent ;
Eschaufé l’ad è bien baigné
Puis l’ad de sun leit aleité.
Entur sun braz treve l’anel,
Le pali virent riche è bel,
Bien surent cil tut ascient,
Qu’ele est née de haute gent.210
El demain après le servise,

Quant l’Abbesse eist del’ Eglise,
Li Portiers vet à li parler,
L’aventure li vait cunter,
Del’ Enfant cum il le trovat.
L’Abbéesse le comaundat
Que devaunt li seit aporté
Fut issi cum il fut trové.
A sa meisun vet li Portiers
L’Enfant aporte volentiers ;200
Si l’ad à la Dame mustré ;
Cele l’ad forment esgardé,
E dit que nurir le fera
E por sa nièce le tendra.
Al Portier ad bien défendu
Qu’il ne die cument il fu.
Ele méismes l’ad levée.
Pur ceo qu’al Freisne fut trovée,
La Freisne li mistrent al nun,
E le Freisne l’apelet hum.230
La Dame la tient pur sa nièce,
Issi fut celée grant pièce ;
Dedenz le clos de l’abbéie
Fu la Dameisele nurie.
Quant ele vient en tel éé
Que Nature furme beauté,
En Bretaine ne fu si bele,
Ne tant curteise Dameisele.
Franche esteit è de bone escole,

E en semblant è en parole ;240
Nul ne la vist que ne l’amast,
E à merveille la preisast.
A Dol aveit un bon Seignur,
Unc puis ne einz n’i ot meillur.
Ici vus numerai sun nun ;
El païs l’apelet Burun.
De la Pucele oït parler,
Si l’a cumença à amer.
A un turneiement ala,
Par l’abbeie se returna :250
La Dameisele ad demandée
L’Abbéesse li ad mustrée ;
Mut la vit bele è enseignée,
Sage, curteise è afeitée.
Si il ne ad l’amur de li,
Mut se tendrat à mau-bailli.
Esgaurez est, ne sait coment ;
Kar si il repairout sovent,
L’Abéesse s’aparcevereit,
Jamès des oilz ne la vereit ;260
D’une chose se purpensa ;
L’abeie crestre vodera,
De sa tere tant i durra,
Dunt à tuz-jurs l’amendera ;
Kar il vout aveir en retur
E le repaire è le sujur,
Pur aveir lur fraternité,

Lor ad grantment le soen doné.
Mès il ad autre achéisun
Que de receivre le pardun ;270
Souvente feiz i repeira,
A la Dameisele parla ;
Tant li pria, tant li premist,
Q’Ele otria ceo ke il quist.
Quant aséur fut de s’amur,
Si la mist à reisun un jur.
Bele, fet-il, ore est issi
Ke de mei avez fet ami :
Venez vus ent del’ tut od mei,
Saver poez jeol’ quit è crei,280
Si vostre Aunte s’aperceveit,
Mut durement li pesereit,
Encur si feussez enceintez
Durement sereit encruciez ;
Si mun cunseil crere volez,
Ensemble od mei vus en vendrez,
Certes jamès ne vus faudrai,
Richement vus cunseillerai.
Cele qui durement l’amot,
Bien otriat ceo qui li plot,290
Ensemble od li en est alée,
A sun chastel l’ad amenée.
Sun pali porte è sun anel,
De ceo li pout estre mut bel ;
L’Abéesse li ot rendu,

E dist come il est avenu,
Quant primes li fut envéiée,
E suz le freisne fut cuchée,
Le pali è l’anel li bailla,
Cil qui primes le envéïa,300
Plus d’aver ne reçut od li ;
Come sa nièce la nuri,
La Meschine ben les gardast,
En un cofre les afermat,
Le cofre fist od sei porter,
Nel’ volt lesser ne ublier.
Li Chevaliers ki l’amena,
Mut la chéri è mut l’ama,
E tut si humme è si servant
N’i out un sul petit ne grant,310
Pur sa franchise nel’ amast,
E ne chérist, è honerast.
Lungement ot od li esté,
Tant que li Chevalier luité
E mut grant mal li atournèrent.
Sovente feiz à li parlèrent,
Qu’une gentil-femme espusast,
E de cele se délivrast.
Lié sereient s’il eust héir,
Qui après lui puist avéir320
Sa tere è sun hiretage,
Trop i avereit grant damage
Si il laissast pur sa suivant

Que de espuse n’eust enfant,
Jamès pur Seinur nel’ tendrunt,
Ne volentiers nel’ servirunt
Se il ne fait lur volenté :
Le Chevaliers ad graunté
Qu’en lur cunseil femme prendra ;
Ore esgardent è ceo sera,330
Sire, funt-il, ci près de nus,
Ad un Preudum parlé od nus ;
Une fille ad qui est suen heir,
Mut poez tere od li aveir,
La Codre ad nun la Dameisele,
En cet païs ne ad si bele.
Pur le Freisne que vus lairez
En eschange le Codre arrez.
En la Codre ad noiz è déduiz,
Freisne ne porte unke fruiz :340
La Pucele purchaserunt
Si Deu plest si la vus durrunt.
Cel mariage unt purchacié,
E de tutes parz otrié.
Allas ! cum est avenéu
Ke li aukun ne unt séu
L’aventure des Dameiseles
Qui esteient sérur gemeles.
El Freisne cele fu celée,
Sis amis ad l’autre espusée.350

Quant ele sot ke il la prist,
Unques péjur semblant ne fist.
Sun seignur sert mut bonement
E honure tute sa gent.
Li Chevalier de la meisun,
E li vadlet, è li garçun,
Mervéïllus dol en meneient
De ceo ke perdre la deveient.
Al jur des noces qu’il unt pris,
Sis Sires i mande ses amis,360
E l’Erceveske i esteit,
Cil de Dol qui de lui teneit,
S’Espuse li unt amenée,
E sa mère est od li alée.
De la Meschine aveit pour
Vers ki sis Sirs ot tel amour
Que à sa fille mal tenist,
Vers sun Seignur si ele poïst,
De sa meisun la getera ;
A sun Gendre cunseilera370
Que à un Preudum la marit
Si s’en déliverat, ceo quit.
Les noces tiendrent richement,
Mut i out esbaniement,
La Dameisele ès chambres fu ;
Unques de quanke ele ad véu,
Ne fist semblant que li pesast,

Ne tant qu’ele se curuçast.
Entur la Dame bonement
Serveit mut aféitement.380
A grant merveille la teneient
Cil è celes ki la véient.
Sa mère l’ad mut esgardée,
En sun quor preisié é amée ;
Pensat è dist, si ele le sust,
La manière k’ ele le fust,
Jà pur sa fille ne perdist,
Ne sun Seignur ne li tolist.
La noit, al lit apariller,
U l’espuse deveit cucher,390
La Damisele i est alée ;
De sun mauntel s’est desfublée ;
Les chamberlencs i apela,
La manière lur enseigna
Cument si Sires le voleit
Kar mainte feiz véu l’aveit.
E quant le list fu apresté
Un coverture unt sus jeté ;
Li dras esteit d’un viel bofu,
La Dameisele l’ad véu.400
N’est mie bons, ceo li sembla,
En sun curage li pesa ;
Un cofre ovri, sun pali prist
Sur le lit sun Seignur le mist :[4]

Pur li honurer le feseit
Kar L’Erceveske i esteit
Pur eus beneistre è enseiner,
Ceo afereit à sun mestier : [5]
Quant la chaumbre fu délivrée,
La Dame ad sa fille amenée ;410
Ele la volt fère cuchier,
Si la cumande à despolier.
Le pali esgarde sur le lit
Que unke mès si bon ne vit
Fors sul celui ke le dona
Od sa fille ke le céla.
Adunc li remembra de li,
Tut li curages li frémi.
Le chamberlenc apele à sei :
Di mei, fet-ele, par ta fei420
U fu cest bon pali trovez ?
Dame, fet-il, vus le sauerez,
La Dameisele l’aporta,
Sur le covertur le geta ;
Kar ne li sembla mie boens,
Jeo quit que le pali est soens.
La Dame l’aveit apelée,
E ele est devant li alée :
De sun mauntel se deffubla,
E la mère l’areisuna :430
Bele amie, nel’ me celez,
U fu cist bons palis trovez !

Dunt vus vient-il, kil’ vus dona,
Kar me dites kil’ vus bailla !
La meschine li respundi ;
Dame, m’Aunte ki me nuri,
L’Abbéesse kil’ me bailla
A garder le me comanda.
Cest è un anel me baillèrent
Cil ki à nurir m’enveièrent.440
Bele, pois-jeo véer l’anel ?
Oïl Dame, céo m’est bel.
L’anel li ad dunc aporté,
E ele l’ad mut esgardé,
E l’ad très bien reconéu
E le pali k’ ele ad véu.
Ne dute, mès bien seit è creit,
Qu’ele mesme sa fille esteit.
Oiant tuz dist ; ne céil mie,
Tu es ma fille, bele amie !450
De la pité ke ele en a,
Arière cheit, si se pauma :
E quant del’ paumeisun leva
Pur sun Seignur tost envéia.
E il vient tut effréez.
Quant il est en chambre entrez,
La Dame li chéi as piez,
Estréitement l’ad baisiez ;
Pardun li quert de sun meffait.
Il ne saveit nient del’ plait ;460

Dame, fet-il, que dites vus ?
Il n’ad si bien nun entre nus.
Quanke vus plest seit parduné,
Dites mei vostre volunté.
Sire, quant parduné l’avez,
Jel’ vus dirai, si m’escutez :
Jadis par ma grant vileinie
De ma veisine dis folie ;
De ses deus enfanz mesparlai,
E vers mei méismes errai.470
Verité est que j’enceintai,
Deus filles eus, l’une celai.
Ad un muster la fis geter,
E nostre pali od li porter,
E l’anel que vus me donastes
Quant vus primes od mei parlastes.
Ne nus peot mie estre celé ;
Le drap è l’anel ai trové ;
Nostre fille ai ici conue,

Que par ma folie ai perdue.480
E jà est ceo la Dameisele
Qui tant est pruz è sage è bele,
Ke li Chevaliers ad amée
Ki sa serur ad espusée.
Li Sires dit : de ceo sui liez
Unckes mès ne fu si haitiez,
Quant nostre fille avum trovée,
Grant joïe nus ad Deu donée
Ainz que li péchez fust dublez :
Fille, fet-il, avant venez.490
La Meschine mut s’esjoï,
Del’ aventure ke ele oï.
Sun père ne volt plus atendre
Il méismes vet pur sun gendre,
E l’Erceveske i amena,
Cele aventure li cunta.
Li Chevaliers quant il le sot
Unkes si grant joïe n’en ot.
L’Erceveske ad cunseilié
Que issi seit la noit laissié,500
El demain les départira
Lui è cele qu’il espusa.
Issi l’unt fet è graunté,
El demain furent désevré ;
Après ad s’amie espusée,
E li pères li ad donée,
Qui mut ot vers li bon curage ;

Par mie li part sun héritage.
Il è la mère as noces furent,
Od lur fille, si cum il durent,510
Quant en lur païs s’en allèrent,
La Coudre lur fille menèrent.
Mut richement en lur cuntrée,
Fu puis la Meschine donée.
Quant l’aventure fu séue
Coment ele esteit avenue,
Le Lai del’ Freisne en unt trové ;
Pur la Dame l’unt si numé.


LAI DU FRÊNE.[6]


----


Je rapporterai le Lai du Frêne, d’après le récit qui m’en a été fait.

Il existoit jadis dans la Bretagne, deux seigneurs qui étoient si proches voisins que leurs biens se touchoient. À-la-fois vaillants chevaliers et hommes riches, tous deux étoient mariés, et leur habitation n’étoit pas éloignée de la ville. L’une des dames devint enceinte, et au bout du terme, elle accoucha de deux enfants. Le mari, charmé de cet événement, s’empressa de le mander à son voisin ; il lui envoie un messager pour lui faire part que sa femme étoit accouchée de deux enfants mâles, et pour le prier d’être parrain de l’un de ses fils. Le messager arrive chez l’ami pendant qu’on étoit à table, il s’agenouille et remet sa dépêche. Le voisin remercie le ciel du bonheur qu’éprouve son ami, et fait présent d’un superbe cheval à l’envoyé[7]. Sa femme qui mangeoit aux côtés de son époux, se mit à sourire en écoutant le récit du messager ; elle étoit fausse, hautaine, médisante et envieuse. Cette dame parla fort légèrement lorsqu’elle dit devant ses domestiques : Avec l’aide de Dieu, je suis en vérité surprise de ce que le chevalier notre voisin ait osé mander à mon mari ce qui doit faire sa honte et son déshonneur, puisque sa femme est accouchée de deux enfants à la-fois. Comment publier ce qui doit faire le déshonneur de ces époux ? On sait parfaitement qu’il ne s’est jamais vu et que l’on ne verra jamais pareille chose, si la femme n’a pas eu commerce avec deux hommes. Le mari étonné d’un pareil langage, regarde fixement sa femme, et la blâme de ce qu’elle vient de dire. Dame, reprit-il, vous feriez mieux de vous taire que de parler ainsi ; il est certain que l’accouchée mérite la bonne réputation dont elle jouit. Les gens de la maison, présents à la scène qui venoit d’avoir lieu, répétèrent les propos tenus par leur maîtresse. La nouvelle s’en répandit dans toute la Bretagne. La méchante fut blâmée par toutes les personnes du sexe ; pauvres et riches la prirent en haine et la méprisèrent. Le messager de retour chez son maître, lui rapporta la conversation qu’il avoit entendue. Celui-ci fut bien chagrin des propos qui avoient été tenus chez son ami ; il prit son épouse en aversion, et pensa qu’elle l’avoit réellement trompé ; dès cet instant il fit mauvais ménage, et n’eut plus de confiance dans la mère de ses enfants ; il sembloit que ce mari recherchât tous les moyens imaginables pour affliger cette malheureuse femme, tant il étoit persuadé qu’elle étoit coupable.

La dame qui avoit si mal parlé devint enceinte à son tour dans la même année, et arrivée à son terme, elle accoucha de deux filles. Je vous demande si la voisine ne fut pas alors bien vengée, et quels regrets eut à son tour la méchante. Malheureuse que je suis, dit-elle, que ferai-je ? me voilà déshonorée pour la vie. Je vais être méprisée de mon mari et de mes parents qui vont me haïr, d’après les propos que j’ai tenus sur ma voisine. Ils ne voudront plus croire à ma vertu dès qu’ils seront instruits de mon aventure, je me suis condamnée moi-même, en soutenant qu’une femme ne pouvoit avoir deux enfants, si elle n’avoit eu commerce avec deux hommes. Or, pareil malheur m’arrive et je me trouve dans la même situation que ma voisine. Je vois maintenant la vérité de l’adage : Qui médit des autres et les blâme, ne sait pas souvent ce qui doit lui arriver. Mieux convient la louange que la critique ; car si j’avois profité de cet avis, je ne serois pas tant à plaindre. Il me faut faire périr un des enfants ; j’aime mieux implorer la miséricorde divine pour ce crime que d’être avilie et maltraitée. Les personnes qui prenoient soin de cette femme, s’empressèrent de la consoler et la prévinrent qu’elles ne souffriroient pas l’exécution d’un crime semblable. La dame avoit auprès d’elle une jeune personne de condition libre qu’elle avoit élevée et qu’elle chérissoit. Voyant sa protectrice pleurer et se plaindre, la jeune fille affligée cherchoit tous les moyens de la consoler. Dame, lui dit-elle, cette douleur ne convient nullement à votre état ; veuillez-vous appaiser et entendre mon avis. Vous me donnerez l’un des enfants, je vous en délivrerai secrètement, de manière à ce que jamais vous ne le reverrez. Personne ne pourra désormais vous blâmer. Je porterai votre fille près la porte d’un couvent ; j’en prendrai le plus grand soin dans la route, et j’ose présumer, avec la grace de Dieu, qu’elle sera trouvée par quelque prud’homme qui se chargera de l’élever. La dame éprouva un grand plaisir à cette proposition ; elle promit à la pucelle que pour le grand service qu’elle vouloit lui rendre, elle s’engageoit de son côté à la récompenser convenablement. Le bel enfant fut enveloppé dans un linge très-fin, recouvert d’une étoffe de soie vermeille que le mari de la dame avoit rapportée de Constantinople. Jamais aussi belle étoffe ne fut vue. Avec un bout de ruban on lui lia au bras un gros anneau d’or qui pesoit plus d’une once. Il étoit entouré de grenats, et l’on y fit graver le nom de l’endroit où l’enfant devoit être déposé. Cette précaution fut prise afin que ceux qui trouveroient la pauvre petite, apprissent qu’elle étoit bien née et qu’elle appartenoit à des gens riches. La pucelle prit l’enfant et l’emporta de la chambre ; profitant de l’obscurité et du silence de la nuit pour sortir de la ville, elle prend d’abord le grand chemin, traverse la forêt, puis au loin, sur la droite, la pucelle ayant entendu le chant des coqs et l’aboyement des chiens, elle présuma que de ce côté il devoit y avoir une ville. Cet espoir ranime ses forces et lui fait doubler le pas. Son attente ne fut pas trompée, elle entra dans une ville considérable, où se trouvoit une riche abbaye de femmes. Quantité de nones y étoient sous la direction d’une abbesse. La jeune personne après avoir considéré les différentes parties du monastère, telles que les tours, les murs, le clocher, s’arrêta devant la porte pour implorer la faveur du ciel. Après s’être agenouillée, elle fit la prière suivante. Fais-moi la grace, ô mon Dieu, par ton saint nom de prendre cet enfant en pitié, et de le garantir de tout malheur. Sa prière achevée, la pucelle regarde derrière elle, et aperçoit un très-gros frêne, dont le fût se divisoit en quatre branches qui couvroient le terrain à l’entour de leur ombrage. Reprenant aussitôt entre ses bras l’innocente créature qu’elle avoit déposée, elle s’empresse de la placer sur cet arbre, puis l’ayant de nouveau recommandée à Dieu, la demoiselle part pour revenir vers sa dame, et lui rendre compte de ce qu’elle avoit fait.

En l’abbaye restoit un portier dont les fonctions étoient d’ouvrir les portes aux personnes qui venoient aux prières. Ce jour-là cet homme s’étoit levé de meilleure heure qu’à l’ordinaire. Après avoir allumé les cierges et les lampes, sonné les cloches, il ouvre la grande porte et sort ; le premier objet qui frappe ses regards en jettant les yeux sur le frêne, est l’étoffe de soie dont l’enfant étoit enveloppé. Présumant que cet objet, pouvoit avoir été dérobé, le portier s’empresse de venir à l’arbre pour prendre cette étoffe, et la remettre au véritable propriétaire. Mais au moment où il y portoit la main, le prud’homme découvre que l’étoffe de soie servoit à envelopper un enfant. Il rendit grace au ciel, alla prendre cette innocente créature, la porta aussitôt dans sa maison, la remit à sa fille, laquelle étoit veuve et avoit un jeune enfant qu’elle allaitoit. Le prud’homme rentrant au logis appelle la jeune veuve en lui disant : Allons ma fille, levez-vous sur le champ, allumez la chandelle et le feu. Je vous apporte un enfant que j’ai trouvé sur le frêne, vous allez le réchauffer, le baigner et le nourrir de votre lait. La veuve suivit de point en point les ordres de son père, elle allume le feu, rechauffe l’enfant, le baigne et l’allaite ; puis en déshabillant la petite, la vue de l’anneau d’or et de l’étoffe de soie, firent présumer à ces bonnes gens que le petit abandonné devoit appartenir à une classe élevée. Le lendemain après l’office, au moment où l’abbesse sortoit de l’église, le portier vint vers elle pour lui conter son aventure. L’abbesse demande à voir cet enfant habillé de la même manière qu’il avoit été trouvé. On va le chercher, et la dame après l’avoir bien examiné, prévient qu’elle se chargera de son éducation, qu’elle l’élevera comme sa nièce. L’abbesse défend au portier de faire connoître la manière dont cet enfant avoit été abandonné et trouvé sur un frêne, dont le nom lui fut donné et qu’elle conserva. Enfin l’enfant fut nourri dans l’abbaye sous les yeux de l’abbesse, qui l’appeloit sa nièce. Quand Frêne fut parvenue à cet âge où la nature forme les jeunes personnes, elle surpassa en beauté et en amabilité toutes les demoiselles de la Bretagne. La bonté de son caractère, le charme de sa conversation, la faisoient chérir de tout le monde, et ses qualités surpassoient encore les graces de son visage. Elle étoit si bonne, si aimable, si bien élevée, elle parloit avec tant de douceur et de grace qu’on ne pouvoit la voir sans l’aimer et sans l’estimer. Il existoit à Dol un seigneur appellé Buron, lequel étoit chéri de ses vassaux. Il entendit parler des bonnes qualités de Frêne, et ne put s’empêcher de l’aimer. En revenant d’un tournois, il passa par le couvent, et pria l’abbesse de faire venir sa nièce. Le chevalier trouva la demoiselle si fort au-dessus du portrait qu’on lui en avoit fait, qu’il en fut entièrement épris. Il se regardera comme très-malheureux s’il n’obtient l’amour de cette belle. Sa raison se trouble et il ne sait à quoi se résoudre, ni quel parti prendre. S’il vient trop souvent à l’abbaye, la supérieure découvrira le motif de ses visites, et lui défendra de les continuer. À force de réfléchir à sa situation, il pensa qu’en faisant diverses donations au couvent, il l’enrichiroit à jamais, et qu’il demanderoit en retour un appartement pour l’occuper lorsqu’il passeroit dans le canton. Pour obtenir la confiance des religieuses il leur donna des terres considérables, afin de faire prier pour lui, mais Buron avoit bien d’autres motifs que celui de demander le pardon de ses fautes. Dès qu’il eut obtenu l’objet de sa demande, il venoit souvent au monastère pour trouver l’occasion de parler à Frêne. Il la pria tant, lui fit de si belles promesses que cette demoiselle consentit enfin à lui accorder son amour. Ayant obtenu les faveurs de sa belle, il lui parla un jour en ces termes : Belle amie, puisque vous m’avez choisi pour amant, suivez-moi dans mon château. Jugez de la colère de votre tante si elle étoit instruite de nos amours, et quel seroit son courroux si vous deveniez enceinte. Si vous m’en croyez venez avec moi, vous ne manquerez jamais de rien, et vous partagerez mes richesses. La belle Frêne qui aimoit tendrement son ami se rendit sans peine à ses desirs, et suivit Buron dans son château. Elle emporta dans sa fuite l’anneau et l’étoffe qui devoient servir à la faire reconnoître un jour. L’abbesse lui avoit raconté comment elle avoit été trouvée sur un arbre, aussi Frêne conservoit-elle précieusement dans un coffre les divers objets dont elle étoit enveloppée.

Ce fut un grand bonheur pour cette malheureuse demoiselle, que la bonne abbesse qui l’avoit élevée et nourrie en lui rendant la bague et l’étoffe de lui avoir appris comment elle avoit été abandonnée dès sa naissance, et par quel hasard elle étoit tombée entre ses mains. Connoissant l’importance dont ces deux objets étoient pour elle, Frêne n’avoit garde de les oublier. Aussi en prenoit-elle le plus grand soin et veilloit sans cesse à ce qu’ils ne s’égarassent.

Buron dont la tendresse étoit extrême conduisit sa belle maîtresse dans sa terre, où elle se fit aimer et chérir de tous ceux qui la connurent. Ils étoient depuis long-temps ensemble, lorsque les chevaliers exposèrent à plusieurs reprises à leur seigneur qu’ils seroient flattés de lui voir épouser une femme de son rang, et de renvoyer son amie, afin d’avoir un héritier. Les chevaliers lui font entrevoir que s’il laisse sa terre à un étranger ou à sa mie, ils ne le tiendront plus pour seigneur, et qu’ils cesseront de le servir. Buron forcé de déférer à l’avis de ses chevaliers, leur demanda quelle femme de la province il pourroit prendre. Sire, ici près est un prud’homme, père d’une fille unique et fort riche. Cette jeune personne qui est la plus jolie du canton se nomme Coudre. Ainsi en abandonnant Frêne, vous aurez pour la remplacer Coudre ; ce dernier donne du fruit, et le Frêne n’en porte point[8]. La demande ayant été faite aux parents fut acceptée. Mais hélas ! les chevaliers ignoroient que les deux jeunes personnes étoient sœurs jumelles. Frêne étoit la malheureuse abandonnée, et sa sœur étoit destinée à devenir l’épouse de son ami. Le mariage est enfin arrêté, et dès que Frêne apprend que son ami va se marier, elle ne laisse apercevoir aucune trace de chagrin, et se dévoue aux plus rudes travaux. Elle sert son seigneur comme à l’ordinaire et prend soin de tout le monde ; aussi toutes les personnes invitées ou celles de la maison s’émerveilloient-elles de son courage et de son dévouement. Les amis de Buron s’étoient rendus au château le jour de la noce, ainsi que l’archevêque ; les chevaliers de la ville de Dol lui amenèrent la nouvelle épouse. La mère de Coudre avoit accompagné sa fille ; craignant que son gendre ne revînt à ses premières amours, elle vouloit lui conseiller de renvoyer Frêne, et de la marier à quelque homme de bien. Les noces furent très-belles, et pendant qu’on se livroit au plaisir, Frêne parcourut les chambres du château pour examiner si tout étoit en place et si rien ne manquoit. Il ne paroissoit point que cet hymen lui déplût, car elle avoit servi la nouvelle mariée avec tant de graces que les convives ne pouvoient revenir de leur surprise. Chacun louoit sa conduite, ses soins et son activité. La mère en admirant le courage, la patience, le bon cœur de Frêne, lui accorda son estime et son amitié. Ah ! si elle avoit reconnu sa fille, elle n’eût sans doute pas voulu lui enlever son ami. Toujours attentive, Frêne va faire dresser le lit nuptial. Quittant son manteau, elle montre aux chambellans la manière dont il falloit le faire pour se conformer au goût de leur seigneur. Le lit étoit dressé, et voyant qu’il étoit recouvert d’une étoffe peu riche et de mauvais goût, Frêne ouvre son coffre, en retire la belle étoffe dont elle avoit été enveloppée, et la fit servir à décorer le lit de son ami. Elle le faisoit avec d’autant plus de plaisir que l’archevêque devoit venir pour bénir la chambre des deux époux, et remplir son ministère. Sitôt que tout fut apprêté, la mère conduit Coudre dans la chambre nuptiale et la veut faire coucher. En jetant les yeux sur le lit, elle aperçoit l’étoffe précieuse, la reconnoît, se ressouvient de l’emploi qu’elle en fait, puis éprouve un frémissement involontaire. D’où peut venir cette étoffe ? par quel hasard se trouve-t-elle dans le château de mon gendre ? Pour s’en éclaircir, la dame appelle un chambellan ; Dites-moi, mon ami, vous devez le savoir, comment votre maître est-il devenu propriétaire de cette étoffe ? Je vais vous satisfaire, madame, c’est Frêne, la jeune personne qui l’a apportée ; voyant que la couverture de mon seigneur n’étoit pas assez riche pour un jour aussi solennel, elle a donné celle que vous voyez. Faites-la venir sur-le-champ, et sitôt qu’elle l’aperçut ; Ah ! belle amie, lui dit la mère, veuillez m’apprendre où cette bonne étoffe a été trouvée, d’où vient-elle, qui vous l’a donnée ? Dame, ma tante l’abbesse qui a pris soin de mon enfance et qui m’a élevée, me remit cette étoffe ainsi qu’un anneau d’or, et m’enjoignit de les conserver précieusement. Ils m’avoient été donnés sans doute par les auteurs de mes jours qui m’envoyèrent au couvent. Belle amie, ne pourrois-je voir cet anneau ? oui madame, sans doute, je vais le chercher et vous l’apporter. Dès que la dame l’eut regardé, elle reconnut l’anneau, ne douta plus que Frêne ne fût sa fille. Embrasse-moi, mon enfant, tu es ma fille ; la révolution que cette malheureuse mère éprouva en disant ces paroles, la fit tomber en pamoison. Revenue à elle, la dame fait appeler son mari, qui arrive tout effrayé. Sitôt qu’il est entré, sa femme tombe à ses genoux qu’elle baise, et le prie de lui pardonner. Le mari, qui ne savoit rien de l’aventure, répondit : Dame, il n’existe aucune dispute entre nous, veuillez-vous lever, car vous êtes toute pardonnée. Faites-moi le plaisir de me faire connoître ce que vous desirez. Sire, je n’avouerai ma faute que lorsque vous m’aurez écoutée, et ensuite pardonnée. Il vous ressouvient du jugement téméraire que je portai sur ma voisine qui étoit accouchée de deux garçons. Je parlai contre moi sans le savoir. À mon tour j’eus deux filles à-la-fois ; j’en cachai une qui fut portée dans un couvent. Je l’enveloppai avec l’étoffe précieuse que vous aviez rapportée de Constantinople,[9] et je cachai dans ses langes le bel anneau que vous m’aviez donné la première fois que vous me parlâtes. Eh bien, sire, rien ne peut être caché, je viens de retrouver ici l’étoffe, l’anneau, et ma fille que j’avois perdue par ma faute. C’est cette personne si aimable, si sage et si belle que le chevalier aimoit depuis long-temps, et dont il vient d’épouser la sœur. Madame, répondit l’époux, je suis très-satisfait et bien joyeux que nous ayons retrouvé notre fille avant que la faute fût augmentée, le ciel nous accorde doublement ses faveurs. Venez, ma chère enfant, venez embrasser votre père. Frêne est au comble du bonheur, puisqu’elle vient de retrouver ses parents. Son père les quitte aussitôt pour aller parler à son gendre et à l’archevêque, et leur faire part de cette nouvelle. Dès qu’il en est instruit, Buron ne peut contenir sa joie, et le prélat donne le conseil d’attendre que la nuit soit passée, parce qu’il rompra le lendemain les nœuds qu’il avoit formés la veille. Il fut donc arrêté que le premier mariage seroit déclaré nul, et que Buron épouseroit son amie avec le consentement de ses parents. Le père divisa son bien en deux parts égales, dont une fut donnée à Frêne. Lorsque le chevalier et sa femme retournèrent dans leur pays, après la noce qui fut très-belle, ils emmenèrent avec eux Coudre, leur autre fille, qui trouva dans son pays un parti fort riche.

Quand on connut cette aventure et sa fin, les Bretons en firent le Lai du Frêne, ainsi appelé de la dame qui en est le sujet.

  1. Ce lai paroît être du nombre de ceux que Marie avoit entendu réciter.
  2. Le mot manant formé de manere n’avoit point l’acception injurieuse que nous lui avons donnée. Il désignoit d’abord l’habitant d’un pays, d’une cité, puis un homme fort aisé, très-riche même, lequel possédoit des terres et des fiefs.
  3. Voisin, rapproché, très-près, du latin proximus.
  4. La conduite de Frêne en pareille circonstance, peut avoir donné l’idée du célèbre conte de Grisélidis, composé en France, et qui a le plus contribué à la réputation de Boccace. Lorsque le marquis de Saluces prévient Grisélidis du choix qu’il vient de faire d’une nouvelle épouse et de son arrivée prochaine, on la voit aussitôt donner des ordres aux domestiques, présider à tous les travaux, préparer la chambre nuptiale et le lit destiné à la femme qui doit la remplacer. De même que Frêne, Grisélidis est présente lors de l’arrivée de sa rivale, lui fait tous les honneurs, et toutes deux elles reviennent auprès de leurs époux. Voy. le Grand d’Aussy ; Fabliaux, tom. I, p. 269, Ginguené, histoire littér. d’Italie, tom. III, p. 111 et 112.
  5. Dans les temps à jamais funestes de la féodalité, il n’étoit pas permis à deux époux de coucher ensemble avant que leur lit n’eût été béni. L’archevêque ou l’évêque ne se dérangeoit que pour les rois et les princes, les curés pour les gens riches, et le moindre prêtre pour la classe ouvrière. Les ecclésiastiques recevoient, pour avoir marmoté quelques prières qu’ils n’entendoient pas plus que les assistants, un certain droit que l’église ou plutôt ceux qui sont censés la représenter avoient appelé le plat de noces. Les lits, anciennement meubles de parade et d’ostentation, étoient couverts de tapis et d’étoffes précieuses presque toujours bordés de pelleteries. Aussi le lit d’un noble étoit-il d’un prix fort élevé. Les ecclésiastiques toujours avides de richesses et sûrs de l’impunité, engagèrent les gens de qualité à léguer aux églises où ils étoient inhumés, leur lit avec tous ses ornements ainsi que leur cheval et leurs armes. Cet usage fut un de ceux que le clergé changea en obligation et en loi. De là ces revenus immenses puisqu’il falloit à la mort racheter son lit. Bientôt il fallut payer pour les trois premières nuits des noces ; la sépulture fut refusée à tout individu qui, dans son testament, n’abandonnoit pas aux prêtres une partie de ses biens, etc. Voy. du Cange, Glossar. lat. aux mots Lectus, Testamentum. Saint-Foix, Essais hist. sur Paris, tom. I, p. 114. Le Grand d’Aussy, Fabliaux, tom. I, p. 321.
  6. Ritson loc. citat. tom. III pag. 330, annonce qu’une seconde copie de ce lai se trouve parmi les manuscrits de la bibliothèque d’Edimburgh.
  7. Voyez sur la coutume de faire des présents, État de la poésie françoise, dans les xiie et xiiie siècles p. 87. Le Grand d’Aussy, Fabliaux, in-8o tom. i p. 97, 113, 291, 412. Sainte-Palaye, Mémoires sur l’ancienne Chevalerie. tom. i p. 70 et 119.
  8. Cette comparaison de mauvais goût dans la narration, est empruntée de l’évangile.
  9. Dès les premiers temps de la monarchie, la France faisoit un grand commerce avec Constantinople alors le dépôt de toutes les marchandises d’Orient. On en tiroit des étoffes de soie richement brodées, de la pourpre, des pelleteries, et sur-tout des épices dont le débit étoit considérable.

    Voy. plus bas la note du Lai de Lanval.