Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai de Graelent

Poésies de Marie de France, Texte établi par publié par B. de RoquefortChasseriautome 1 (p. 486-541).

LAI DE GRAELENT.


----


Laventure de Graelent
Vus dirai si que jeo l’entent :
Bun en sunt li Lai à oïr
E les notes à retenir.
Graalent fu de Bretuns nés,
Gentix è bien enparentés ;
Gent ot le cors è franc le cuer,
Pur çou ot nun Graalent-Muer[1]
Li Reis qui Bretaigne teneit
Vers ses veisins grant guerre aveit ;10
Chevaliers manda et retint,
Bien sai que Graelens i vint.
Li Rois le retint vulentiers
Pur çou qu’il iert biax Chevaliers,
Mut le chéri è honera,
E Graelent mut se péna
De turnoier è de joster,
E de ses anemis grever.
La Roïne l’oï loer,
E les biens de lui racunter :20

Dedens son cuer l’en aama,
Sun Chanbrelenc en apela.
Diva, dist-ele, ne me celer[2],
N’as-tu suvent oï parler
Del’ bel Chevalier Graelent ?
Mut est amis à tute gent.
Dame, dist-il, mult par est prox
E mult se fait aimer à tox.
La Dame lués li respundi,
De lui veul faire mun ami :30
Jeo sui pur lui en grant effrei,
Va, si li di qu’il vigne à mei,
M’amor li metrai à bandun.
Mout li dunrés, dist-cil, grant dun,
Merveille est se il n’en ad joie :
N’a si boin Abé dusque à Troie,
S’il esgardeit vostre visage
Ne changeast mult tost sun curage.
Cil s’en turna, la Dame lait,
A l’ostel Graelent s’en vait :40
Avenamment l’a salué,
Sun message li a cunté
K’à la Roïne voist parler,
E n’ait cure de demurer.
Ce li respunt li Chevaliers,
Alés avant, biaus amis chiers.

Li Chambrelan s’en est alés,
E Graelens s’est aturnés ;
Sur un cheval ferrant munta[3] ;
Un Chevalier od lui mena.50
Al chastel sunt andui venu
E en la sale descendu,
Par devant le Roi trespassèrent,
Es cambres la Roïne entrèrent.
Quant el les voit, sis apela,
Mut les chéri è honera,
Entur ses bras prist Graelent
Si l’acola estreitement :
De joste li séir le fist
Sor un tapi, puis si li dist :60
Mut boinement a esgardé
Sun cors, sum vis, è sa biauté ;
A lui parla curteisement,
E il li respunt sinplement,
Ne li dist rien qui bien ne sièce.
La Roïne pensa grant pièce,
Merveille est s’ele ne li prie
Que il l’amast par druerie :
L’amurs de lui la fait hardie
Demande lui s’il a Amie,70

Ne se d’amurs est arestés,
Car il deveit bien estre amés.
Dame, dist-il, jeo n’aime pas,
D’amurs tenir n’est mie gas ;
Cil deit estre de mut grant pris
Qui s’entremet qu’il seit amis :
Tel cinc cent parolent d’amur,
N’en sevent pas le pior tur,
Ne que est loiax druerie.
Ains lor rage à lor folie,80
Perece, wiseuse è faintise
Enpire amor en mainte guise.
Amors demande caasté,[4]
En fais, en dis è en pensé :
Se l’uns des amans est loiax,
E li autre est jalox è faus,
Si est amors entr’ex fausée,
Ne puet avoir lunge durée.
Amors n’a soing de compagnun,
Boin amors n’est se de Dex nun,90
De cors en cors, de cuer en cuer,
Autrement n’est prex à nul fuer.
Tulles qui parla d’amistié,
Dist assés bien en son ditié,

Que veut amis, ce veut l’amie
Dunt est boine la compaignie,
S’ele le veut è il l’otreit.
Dunt la druerie est à dreit,
Puisque li uns l’autre desdit,
Ni a d’amors fors c’un despit ;100
Assés puet-um amors trover,
Mais sens estuet al’ bien garder,
Douçour è francise, è mesure.
Amors n’a de grant forfait cure,
Loialté tenir è pramettre,
Pur çou ne m’en os entremetre.
La Roine oi parler Graelent,
Qui tant parla curteisement,
S’ele n’éust talent d’amer,
Si l’en estéut-il parler ;110
Bien set è voit, n’en dute mie,
Qu’en lui a sens è curteisie.
A lui parla tut en apert,
Sun cuer li a tut descuvert ;
Amis, dist-ele, Graelent,
Jeo vus aim mut parfitement,
Unques n’amai fors mun Seignur,
Mais jeo vus aim de bune amur.
Jeo vus otroi ma druerie,
Soiés amis è jou amie.120
Dame, dist-il, vostre merci,
Mais il peut pas estre ensi,

Car jeo sui saudoiers le Roi,
Loiauté li pramis è foi,
E de sa vie è de s’anor,
Quant à lui remés l’autre jor
Jà par moi hunte n’i ara :
Dunt prist cungié, si s’en ala.
La Roïne l’en vit aler,
Si cummença à suspirer,130
Dolante est mult, ne sait que faire,
Ne s’en voleit par tant retraire ;
Suventes feiz le requereit,
Ses mésages li trameteit,
Riches présens li envoieit,
E il trestus les refuseit.
La Roïne mult l’en haï
Quant ele à lui del’ tut failli,
A sun Seignur mal le meteit,
E volentiers en mesdiseit.140
Tant cum li Rois maintint la guerre,
Remest Graelent en la terre ;
Tant despendi qu’il n’ot que prendre,
Car li Rois le faiseit atendre,
Ki li deteneit ses saudées.
Ne l’en aveit nules dunnées,
La Roïne li desturneit,
Au Roi diseit è cunseilleit
Ke nule rien ne li donast
Fors le cunroi qu’il n’en alast :150

Povre le tenist entur lui,
Qu’il ne péust servir autrui.
Que fera ore Graelens ?
N’est merveille s’il est dolens ;
Ne li remest que engagier,
Fors un runcin n’est gaires chier :
Il ne puet de la vile aler
Car il n’aveit sor quoi munter.
Graelens n’atent nul securs ;
Ce fu en mai en des luns jurs,160
Ses Hostes fu matin levés,
Od sa Femme est el burc alés
Chiés un de ses veisins mengier.
Tut seul laisça le Chevalier,
Od li n’en eut en la maisun
Escuier, sergant, ne garçun,
Fors seul la File à la Burgeise,
Une Mescine mult curteise.
Quant vint à l’eure du disner,
Au Chevalier ala parler,170
Mult li pria qu’il se hastast,
E qu’il ensanble od li mengast.
Il ne se puet pas rehaitier,
Si apela sun escuiier,
Dist li k’amaint sun cacéor,
Sa sele mete et tot l’ator ;
Là hors irai esbanoier,
Car jeo n’ai cure de mangier.

Il li respunt, n’ai point de sele.
Amis, ce dist la Dameisele,180
Une sele vus presterai,
E un boin frain vus baillerai.
Cil a le cheval amené,
En la maison l’a enselé :
Graelent est desus muntés,
Parmi le burc est trespassés ;
Unes viés piax ot afulées
Que trop lungement ot portées.
Cil è celes qui l’esgardèrent,
L’escarnirent mult è gabèrent.190
Tex est custume de burgeis,
N’en verrés gaires de curteis.
Il ne se prent de ce regart,
Fors de la vile aveit un gart,
Une forest grant è plénière,
Parmi cureit une rivière :
Cele part ala Graelent,
Très pensix, mornes è dolent.
N’eut gaires par le bos erré,
En un boisson espés ramé200
Voit une Bisse tute blance
Plus que n’est nois nule sor brance :
Devant lui la Bisse sailli,
Il la hua, si puinst à li.
Il ne la cunsivra jamès,
Purquant si la suit-il de près,

Tant qu’en une lande l’en maine,
Devers le sors d’une fontaine,
Dunt l’iave esteit è clère è bele.
Dedens baigneit une Pucele,210
Dex Dameiseles la serveient :
Sor l’eur de la fontaine esteient.
Li drap dunt ele ert despoulie,
Erent dedens une foillie.
Graelens a celi véue
Qui en la fontaine esteit nue.
De la Bisse n’eut-il puis cure,
Cele part va grant aléure.
Tant la vit graisle è escanie,
Blanche è gente è colorie ;220
Les ex rians è bel le frunt,
Il n’a si bel en tut le munt :
Ne la veut en l’iave tuchier,
Par loisir la laisse baignier.
Sa despoulle est alés saisir,
Par tant le cuide retenir
Ses Dameiseles s’aperçurent
Del’ Chevalier, en effroi furent.
Lor Dame l’a araisuné,
Par mautalent l’a apelé :230
Graelent, lai mes dras ester,
Ne t’en pués gaires amender,
Se tu od toi les emporteies,
E ensi nue me laisseies ;

Trop sanleroit grant cunveitise.
Rent moi se viax nun ma chemise,
Li mantiax puet bien estre tuens,
Denier en prens, car il est buens.
Graelent respunt en riant,
Ne sui pas fix à marchéant,240
N’a Borgois pur vendre mantiax :
S’il valoit ore trois castiax,
Si n’enporteroie-jeo mie :
Isciés de cele iave, Amie,
Prenés vos dras, si vus vestés
Ançois que vus à mei parlés.
Je n’en voil pas, dist-ele, iscir,
Que de mei vus puisiés saisir ;
N’ai cure de vostre parole,
Ne sui nient de vostre escole.250
Il li respunt, je sofferai,
Vostre despoulle garderai,
Desque vus isterés ça fors :
Bele, mut avés gent le cors.
Qant ele voit qu’il veut atendre,
E que ses dras ne li veut rendre ;
Séurté demande de lui
K’il ne li face nul anui.
Graelent l’a aséuré ;
Sa chemise li a dunée :260
Cele s’en ist de maintenant,
Il li tint le mantel devant,

Puis l’afula è si li rent.
Par la main senestre la prent,
Des autres dex l’a eslungié ;
D’amors la requise è proiié
E que de lui face son dru.
E ele li a respundu :
Ge ! tu quiers grant utrage,
Ge ne te tieng noient pur sage,270
Durement me doi merveiller,
Que m’oses de çou araisnier.
Tu ne dois estre si hardis,
T’en sereis tost malbaillis ;
Jà n’afiert pas à tun parage
Nule femme de mun lingnage.
Graelent la truve si fière
E bien entent que par proiière
Ne fera point de sun plaisir,
N’il ne s’en veut ensi partir :280
En l’espèse de la forest
A fet de li ce que li plest.
Qant il en ot fet sun talent,
Merci li prie dolcement
Que vers lui ne soit trop irée,
Mais or soit et france et sénée,
Si li otroie sa druerie,
E il fera de li s’Amie ;
Loialment è bien l’amera,
Jamès de li ne partira.280

La Dameisele ot è entent
La parole de Graelent,
E voit qu’il est curteis è sage,
Buns Chevaliers è prox è large,
E set se il départ de li,
Jamais n’aura si boin Ami,
S’amur li a bien otreié ;
E il l’a ducement baisié.
A lui parole en itel guise :
Graelent, vus m’avés souprise,300
Jeo vus amerai vraiement,
Mais une chose vus deffent,
Que ne dirés parole aperte,
Dunt notre amurs seit descuverte.
Jeo vus dunrai mult richement
Deniers è dras, or è argent,
Mult ert l’amurs bone entre nus.
Nuit è jur g’irai aveuc vus ;
Dalés vus me verés aler,
A mei purrés rire et parler,310
N’aurés cunpaignun qui me voie,
Ne qui jà sace qui je soie.
Graelent, vos estes loiaus
Prox è curtois et assés biax :
Pur vus ving-jou à la fontaine,
Pur vus souferai-jou grant paine ;
Bien savoie ceste aventure,
Mais or soiiés de grant mesure.

Gardés que pas ne vus vantés
De chose par qoi me perdés ;320
Un an vus cunvenra, Amis,
Séjorner près de cest païs :
Errer poés dex mois entiers.
Mais ça seit vostre repairiers,
Pur çou que j’aim ceste cuntrée.
Alés vus ent, none est sonée (a),
Mun Mésage vus trametrai,
Ma vulenté vus manderai.
Graelens prent à li cungié,
Elle l’acole et a baisié.330
Il est à sun ostel venus,
De sun cheval est decendus.
En une chambre seus entra,
A la fenestre s’apoia,
De s’aventure mut pensis.
Vers le bos a turné sun vis,
Un Varlet vit venir errant
Desor un palefroi anblant ;
Desi à l’ostel Graelent
En est venus q’ainc ne descent.340
Au Chevalier en est venus,
E il est cuntre lui salus ;
Demande li dunt il veneit :
Cum aveit nun è qui esteit.
Sire, dist-il, ne dutez mie,
Jeo suis mésagés vostre Amie,

Cest destrier par mei vus enveie,
Ensanble od vos veut que jeo seie :
Vos gages vus aquiterai,
De vostre hostel garde prendrai.350
Qant Graelent ot la novele,
Qui mult li sanble boine è bele ;
Le Vallet baise boinement,
E puis ad reçut le présent,
Le destrier sos ciel n’a si bel,
Ne mius corant, ne plus isnel ;
En l’estable pur sei le met,
E le cacéor au Varlet.
Cil a sa male destorsée,
En la canbre l’en a portée,360
Puis l’a uverte è deffremée
Une grant coute en a getée[5] :
D’un riche paile ovrée fu[6]
D’autre part d’un riche boufu[7],
Met le sor le lit Graelent ;
Après met sus or è argent,
Buins dras à sun Segnur vestir[8],
Après fait sun oste venir,

Deniers li baille ad grant plenté,
Si li a dit è cumandé370
Que ses Sires ert aquités,
E ses hostez bien acuntés :
Gart qu’assés i ait à mangier,
E s’en la vile a Chevalier
Qui séjorner voille tut coi,
Q’il l’en amaint ensanle od soi.
Li Hostes fu prex è curteis,
E mult vaillant cumme Burgeis :
Riche cunroi fist aturner,
Par la vile fet demander380
Les Chevaliers mesaaisiés,
E les prisuns è les croisiés ;
A l’ostel Graelent les maine,
Del’ honerer forment se paine,
Assés i eut joué la nuit
D’estrumens è d’autre déduit.
Le jur fu Graelent haitiés,
E ricement apareilliés.
Grans duns duna as harpéors
As prisuns è as guoors ;390
N’aveit berguis en la cité
Qui li éust aveir presté,
Qui ne li doinst é face honur,
Tant qu’il le tienent à Seignur.
Desor est Graelent à aise,
Ne voit mès rien qui li déplaise ;

S’Amie voit lés lui aler,
A li se puet rire et juer.
La nuit le sent de juste lui,
Cument puet-il aveir anui ?400
Graelent oire mult suvent ;
El païs n’a turneiement,
Dunt il ne seit tus li premiers,
Mut est amés des Chevaliers.
Or a Graelent boine vie
E mult grant joie de s’Amie ;
Se ce li puet lunges durer,
Jà ne devreit-el demander.
Ensi fu bien un an entier,
Tant que li Reis dut ostoier.410
A Pentecuste chascun an
Semouneit ses Baruns par ban,
Tus cex qui de lui rien teneient,
E à sa Cort od lui mangeient :
Serveient le par grant amur.
Quant mengié aveient le jur,
La Roïne faiseit munter
Sor un haut banc è deffubler,
Puis demandeit à tus ensanble,
Segnur Barun, que vus en sanble ?420
A sous ciel plus bele Roïne ?
Pucele, Dame ne Mescine ;
A tox le conveneit loer,
E au Roi dire et afremer

K’il ne sevent nule si bele
Mescine, Dame ne Pucele :
N’i ot un seul ne le prisast,
E sa biaté ne li loast,
Fors Graelent qui s’en taiseit,
A sei méisme surieit :430
En sun cuer penseit à s’Amie,
Des autres teneit à folie
Ki de tutes parts s’escrioient,
E la Roïne si looient :
Sun cief cuvri, sun vis baissa
E la Roïne l’esgarda,
Le Roi le mustra sun Seignur,
Voiés, Sire, quès deshonur !
N’avez Barun ne m’ait loée,
Fors Graelent qui m’a gabée.440
Bien sai qu’il m’a piéça haïe[9],
Jeo cuit qu’il a de moi envie.
Li Rois apela Graelent,
Demanda li, oïant la gent,
Par la foi que il li deveit,
Qui ses naturex hum esteit
Ne li celast, ains le désist
Pur-qoi baisa sun cief et rist.
Graelens respundi au Rei,
Sire, dit-il, entent à mei :450

Unques mais hum de tun parage
Ne fist tel fait ne tel folage ;
De ta femme fais mustrisun,
Qu’il n’a çaiens un seul Barun,
Cui tu ne le faces loer,
Dient qu’il n’a sous ciel sa per :
Pur veir vus di une nuvele,
On puet assés truver plus bele.
Li Reis l’oï, mult l’en pesa,
Par sairement le cunjura460
S’il en saveit nule plus gente :
Oïl, dist-il, qui vaut tès trente.
La Roïne mut s’en mari,
A sun Segnur cria merci,
K’au Chevalier face amener
Celi qu’il i oï loer,
E dunt i fet si grant vantance :
Entre nos dex seit la mustrance ;
S’ele est si bele, quite en seit,
U se ce nèn, fètes m’en dreit470
Del’ mesdit è de la blastenge.
Li Rois cumande k’on le prenge,
N’aura de lui amur ne pais,
De prisun n’istera jamais ;
Se cele n’est avant mustrée
Que de biauté a tant loée.
Graelens est pris è tenus,
Mix le venist estre téus :

Al Rei a demandé respit,
Bien s’aperçeit qu’il a mesdit ;480
S’Amie en cuide aveir perdue,
D’ire è de mautalent tressue.
Jà est bien dreis que mal li tort,
Plusur l’en plaignent en la Cort.
Le jur eut entur lui grant presse,
Duq’à l’autre an li Reis le lesse,
Ke sa feste rasanblera ;
Tus ses amis i mandera,
E ses Baruns è ses Fievés.
Là seit Graelent amenés,490
Celi amaint ensanble od sei
Que tant loa devant le Rei :
S’ele est si bele è si vaillans,
Bien li pura estre varans,
Quites en ert, rien n’i perdra ;
E s’el ne vient jugiés sera,
En la merci le Roi en iert,
Assés set çeu qu’il i affiert.
Graelens est de Cort partis
Tristes, coreçous è maris,500
Muntés est sor un buin destrier,
A sun hostel va herbegier :
Sun Canbrelanc a demandé,
Mais il n’en a mie truvé
Que s’Amie li eut tramis.
Or est Graelent entrepris,

Mix vaureit estre mors que vis.
En une chanbre s’est sul mis,
A s’Amie crie merci,
Por Diu qu’il puist parler à li,510
Ne li vaut rien, ni parlera,
Devant un an ne le verra,
Ne jà n’aura de li confort
Ains ert jugiés près de le mort.
Graelens maine grant dolur,
Il n’a repos ne nuit ne jur,
Qant s’Amie ne puet aveir.
Sa vie met en noncaleir,
Q’ançois que li ans fust passés,
Fu Graelens si aduilés ;510
Que il n’a force ne vertu :
Ce dient cil qui l’unt véu
Merveille est qu’il a tant duré.
Al jur que li Rois ot numé,
Ke sa feste deveit tenir,
Li Reis a fait grant gent venir.
Li Plege amainent Graelent[10]
Devant le Rei en sun present.
Il li demande ù est s’Amie.
Sire, dist-il, nel’ amain mie,530
Jeo ne la puis noient avoir,
Faites de moi vostre voloir.

Li Reis respunt : Dans Graelent,
Trop parlastes vilainement ;
Vers la Roïne mespréistes,
E tus mes Baruns desdéistes :
Jamès d’autre ne mesdirés,
Qant de mes mains départirés.
Li Reis parole hautement,
Segnur, dist-il, del’ jugement540
Vus pri que ne le déportés
Selunc le dit q’oï avés,
Ke Graelent oïant vus dist,
E en ma Curt hunte me fist :
Ne m’aime pas de boine amur,
Qui ma Femme dist deshonur.
Ki volentiers fiert vostre chien[11],
Jà mar querés qu’il vus aint bien.
Cil de la Curt sunt fors alé,
Al jugement sunt asanblé :550
Une grande pièce sunt tut coi,
Qui n’i ot noise ni effroi
Mult lur poise del’ Chevalier,
S’il le vaulent par mal jugier.
Ains que nus dex mot i parlast,
Ne le parole racuntast,
Vint un Vallès qui lor a dit
Qu’il atendissent un petit.

En la Cort vienent dex Puceles,
Al Roiame n’aveit plus beles ;560
Al Chevalier mult aiderunt
Si Diu plaist, sel’ délivrerunt.
Cil unt vulentiers atendu,
Ains que d’iloeuc soient méu,
Sunt les Dameiseles venues
De grant biauté è bien vestues :
Bien sunt en deus bliaus lacies,
Graisles furment è bien delgies[12].
De lur palefreis descendirent,
A dex Varlés tenir les firent :570
En la sale vindrent au Rei.
Sire, dist l’une, entent à mei,
Ma Dameiselle nus cumande,
E par nus dex vus pri et mande
C’un poi faites sufrir cest plait,
E qu’il n’i ait jugement fait ;
Ele vient ci à toi parler
Pur le Chevalier délivrer.
Ains que cele éust dist son cunte
Eut la Roïne mut grant hunte ;580
Ne demoura gaires après,
Devant le Rei en son palès
Vinrent dex autres mult plus gentes,
De colur blanches è roventes[13],

Au Rei dient qu’il atendist
Tant que lor Dameisele venist.
Mut furent celes esgardées,
E lor biauté de tuz loées :
De plus beles en i aveit
Que la Roïne n’en esteit.590
E qant lor Dameisele vint,
Tote la Curt à li se tint :
Mut ert bele de grant manière,
A dox sanblant, od simple cière,
Biax ex, biax vis, bele façun,
En li n’a nient de mesproisun.
Tot l’esgardèrent à merveille,
D’une porpre tute vermeille
A or brosdée estreitement,
Esteit vestue richement ;600
Ses mantiax valeit un castel.
Un palefroi ot buin et bel :
Ses frains, sa sele è ses lorains,
Valoit mil livres de çartains.
Pur la véoir issent tut hors,
Sun vis loerent è sun cors,
E sun sanlant è sa faiture.
Ele ne vait grant aléure :
Devant le Roi vint à cheval,
Nus ne li puet turner à mal ;610
A pié descent emmi la place,
Sun palefrei pas n’i atace.

Au Roi parla curteisement,
Sire, fait-ele, à moi entent,
E vus trestout, Segnur Barun,
Entendés ça à ma raisun.
Asés savés de Graelent
Qu’il dist au Roi devant sa gent,
Au tans à se grant asanblée[14],
Qant la Roïne fu mustrée,620
Ke plus bele femme ot véue.
Ceste parole est bien séue,
Vérités est, il mesparla,
Puisque li Rois s’en coreça ;
Mais de ce dist-il vérité,
N’est nule de si grant biauté
Que autresi bele ne seit :
Or esgardez, s’en dites dreit,
Se par moi s’en puet aquiter,
Li Rois li doit quite clamer.630
N’i ot un seul, petit ne grant,
Ki ne désist bien en oïant,
Qu’ensanble li a tel mescine,
Qui de biauté vaut la Roïne ;
Li Rois méismes a jugié
Devant sa Cort è otroié
Que Graelent est aquités,
Bien doit estres quites clamés.

Dementiers que li plais dura,
Graelent pas ne s’ublia ;640
Sun blanc cheval fist amener,
Od s’Amie s’en veut aler.
Quant ele ot fait çou qu’ele quist,
E ot oï que li Cors dist,
Cungié demande et prent del’ Roi,
E munte sor sun palefroi :
De la sale se départi,
Ses Puceles ensanble od li.
Graelent munte et vait après
Parmi la vile à grant eslès[15] ;650
Tuz-jurs li va merci criant,
Ele ne respunt ne tant ne quant.
Tant unt lor droit chemin tenu,
Qu’il sunt à la forest venu ;
Parmi le bos lor voie tinrent,
Desi qu’à le rivière vinrent,
Ki en une lande sorteit,
E parmi la forest coureit.
Mut en ert l’iave blanche et bele,
Dedens se met la Dameisele :660
Graelent i veut après aler,
Mais ele li cumence à crier :
Fui, Graelent, n’i entre pas,
Se tu t’i mès, tu noieras.

Il ne se prent de ce regart,
Après se met, trop li est tart :
L’eve li clot deseur le frunt,
A grant paine resort à-munt ;
Mais el l’a par la renne pris,
A terre l’a arière mis,670
Puis li dit qu’il ne puet passer,
Jà tant ne s’en sara pener,
Cummande li que voist arière.
Ele se met en la rivière,
Mais il ne puet mie sufrir
Que de lui le voie partir :
En l’eve entre tut à cheval,
L’unde l’enporte cuntreval ;
Départi l’a de sun destrier.
Graelent fu près de noiier,680
Qant les Puceles s’escrièrent,
Ki aveuc la Damoisele èrent :
Damoisele, por Diu, merci,
Aiés pitié de vostre ami ;
Véés, il noie à grant dolur.
A las ! mar vit unques le jur
Que vus primes à lui parlastes,
E vostre amur li otroiastes :
Dame, voiiés, l’unde l’enmaine,
Por Diu, c’or le jetés de paine690
Mut est grant dex s’il doit morir[16],

Coment le poent vos cœurs sufrir ?
Trop par li estes ore dure,
Aidiés li, car en prenés cure.
Damoisele, vostre amis nie,
Soffrés qu’il ait un peu d’aïe ;
Vus avés de lui grant pécié.
La Damoisele en ot pitié
De çou qu’ele les ot se plaindre,
Ne se puet mais celer ne faindre.700
Hastiuement est returnée,
A la rivière en est alée,
Par les flancs saisist son ami,
Si l’en amaine ensanble od li.
Qant d’autre part sunt arivé,
Ses dras mulliés li a osté,
De sun mantel l’a afublé,
En sa terre l’en ad mené
Encor dient cil du païs
Que Graelent i est tous vis.710
Ses destriers[17] qui d’eve eschapa,
Pur sun Segnur grant dol mena :
En la forest fist son retur,
Ne fu en pais ne nuit ne jur ;

Des piés grata, furment heni,
Par la cuntrée fu oï.
Prendre cuident è retenir,
Unques pus d’aus nel’ pot saisir :
Il ne voleit nului atendre,
Nus ne le puet lacier ne prendre.720
Mut lunc-tans après l’oï-un
Chascun an en cele saisun,
Que se Sire parti de li,
La noise et le friente, et le cri
Ke li bons chevaus demenet
Pur sun Seignur que perdu ot.
L’aventure du bun destrier,
L’aventure du Chevalier
Cum il s’en ala od sa Mie,
Fu par tute Bretaigne oïe,730
Un Lai en firent li Bretun,
Graalent-Mor l’apela-un.


LAI DE GRAELENT.[18]


----


Je vais vous conter l’aventure de Graelent, telle que je l’ai entendue ; la musique en est bonne à retenir et le Lai mérite d’être raconté.

Graelent étoit né dans la Bretagne, d’une famille illustre, et à une grande beauté, une superbe taille, il joignoit encore la droiture du cœur. C’est par cette raison qu’on l’avoit surnommé Graelent-Mor.

Le roi qui tenoit alors la Bretagne étant entré en guerre avec les princes ses voisins, demanda un grand nombre de chevaliers pour les retenir à son service. Graelent fut des premiers à se ranger sous la bannière du roi. Celui-ci le retint à son service avec d’autant plus de plaisir qu’il étoit beau chevalier ; aussi lui donna-t-il des preuves de son estime et de son amitié. De son côté, Graelent cherchoit à mériter les bontés du monarque, soit en remportant le prix dans les joutes et les tournois, soit en combattant les ennemis de son prince. Le bruit de tant de mérite parvint bientôt jusqu’aux oreilles de la reine ; à force d’entendre vanter le courage et la beauté du chevalier, elle prit de l’amour pour lui. Un jour elle tire à part son chambellan : Parle-moi franchement, n’as-tu pas souvent entendu parler du beau chevalier Graelent dont chacun fait l’éloge ? Oui, ma dame, je sais qu’il est brave et courtois, aussi n’est-il personne qui ne l’aime. La reine répondit sur-le-champ : Mon cœur depuis long-temps me parle en sa faveur et je veux l’avoir pour ami. Va-le trouver, dis-lui de se rendre près de moi et que je veux lui abandonner mon amour. Ah ! quel don précieux vous lui faites, reprit le chambellan, je ne doute pas de la joie que lui causera une nouvelle aussi flatteuse. Il n’est si bon abbé, s’il venoit à voir votre beau visage, qui ne fût tenté de violer ses serments. Le chambellan part et se rend chez le çhevalier : après l’avoir salué, il s’acquitte de sa mission et le prie de vouloir venir parler à la reine le plus promptement possible. Graelent lui répondit : Allez m’annoncer, cher ami, je pars. Il s’apprête et monte sur un beau cheval d’Afrique, suivi d’un seul chevalier. Arrivés au château, ils descendent dans la salle et passèrent chez le roi avant que d’entrer dans les appartements de la reine. Dès qu’ils paroissent, elle vient au devant d’eux, puis serrant le chevalier dans ses bras, elle l’embrasse étroitement et le fait asseoir à ses côtés sur un tapis[19]. Graelent répond avec modestie aux questions qui lui sont faites et ne dit pas un mot qui dépasse les règles de la bienséance. La reine fort embarrassée de cette réserve, n’ose se résoudre à faire l’aveu de ses sentiments. Enhardie par l’amour elle demande au chevalier s’il avoit une mie, car sans doute il aimoit et devoit être bien aimé. Non dame, je n’aime pas, parce que tenir les promesses d’amour n’est point une frivolité. Il doit être vertueux celui qui s’entremet d’aimer. Plus de cinq cents personnes parlent de ce tendre penchant, et toutes ignorent ce que c’est qu’un véritable attachement. C’est plutôt une rage, une folie ; c’est la paresse, la nonchalance, la fausseté, qui détruisent l’amour ; cette union exige la chasteté en pensées, en paroles, en actions. Si l’un des amants est fidèle, que l’autre soit faux et jaloux, leur liaison mal assortie ne peut être de longue durée. Le véritable amour, don du ciel, doit rester ignoré ; il doit se communiquer de corps en corps, de cœur en cœur, autrement il ne seroit d’aucun prix. Cicéron dans son traité de l’amitié[20], dit expressément : ce que desire l’un des amants, doit être desiré par l’autre ; leur liaison devient charmante dès qu’il en est ainsi. Mais si l’un veut et que l’autre ne veuille pas, il n’existe plus d’amour alors. Il est aisé de faire une maîtresse, mais il est plus difficile de la conserver, sur-tout, si de chaque côté, l’on n’apporte pas de la douceur, de la franchise et de la régularité. L’amour ne doit jamais être souillé, son commerce demande une si grande loyauté que je n’ai jamais osé m’en entremettre.

La reine écouta avec plaisir le discours du chevalier qui lui paroissoit partager ses sentiments ; il n’auroit pas ainsi parlé, s’il n’avoit eu dessein d’aimer ; oui, j’en suis certaine, Graelent est un homme sage, aimable et courtois. Elle s’ouvre alors sans réserve au chevalier et lui découvre sa passion. Ami, lui dit-elle, je vous aime passionnément ; et je vous l’avouerai même, j’ai toujours éprouvé pour le roi un attachement très-foible. Pour vous mon amour est sincère, je vous accorde toute ma tendresse, soyez mon ami et moi votre amie. Je vous remercie beaucoup, madame, de l’honneur que vous me faites ; je ne puis en profiter, puisque je suis à la solde du roi. En entrant à son service, je lui promis foi et fidélité, je lui promis de défendre sa vie et son honneur ; j’ai renouvelé mon serment et jamais je ne le trahirai.[21] À ces mots, il salua la reine et prit congé d’elle.

En le voyant partir la princesse soupire, devient triste et rêveuse ; elle ne sait à quoi se résoudre et ne peut cependant renoncer à lui. Pour chercher à l’attendrir, elle écrivoit au chevalier, lui envoyoit de riches présents ; mais Graelent refusa tout. Irritée de ses refus la reine change son amour en haine ; elle indispose le monarque son époux contre le chevalier dont elle disoit sans cesse du mal. Tant que la guerre continua, Graelent demeura dans le royaume ; cependant il n’étoit point payé, sa solde lui étoit retenue par les avis de la reine ; elle conseilloit au monarque de ne rien accorder au chevalier. On le tenoit dans une gêne aussi grande, pour qu’il lui fût impossible d’aller servir ailleurs. Que va devenir Graelent ? Il ne faut pas s’étonner de sa tristesse, puisqu’il ne lui reste pour vendre ou pour engager qu’un mauvais cheval de bagage de peu de valeur. Enfin le malheureux ne pouvoit sortir de la ville, n’ayant point de monture.

Graelent n’espéroit aucun secours de personne. Dans les beaux jours du mois de mai, son hôte s’étant levé de bon matin, sortit avec sa femme pour se rendre à la ville et aller dîner chez un de leurs voisins. Ils avoient laissé le chevalier seul à la maison sans écuyer, sans domestique ou valet, à l’exception de leur fille, jeune personne fort aimable. À l’heure du repas, elle alla parler à Graelent, le prier de se hâter pour venir manger avec elle. Trop affligé pour prendre la moindre nourriture, le chevalier appelle son écuyer, lui commande de seller et brider son cheval de chasse et de le lui amener. J’irai me distraire dans la campagne, car je n’ai besoin de rien. Seigneur, dit l’écuyer, vous n’avez plus de selle. Ami, reprit la damoiselle, non-seulement je vous en prêterai une, mais encore je vous donnerai une bonne bride. L’écuyer va chercher le cheval qu’il revêt de ses harnois. Graelent monte et traverse la ville. La chabraque ou la couverture de son coursier consistoit en une vieille peau qui, pour avoir trop servie, étoit dans un fort mauvais état. Tous ceux qui le virent passer le huèrent et se moquèrent de lui. Telle est la coutume parmi les gens du peuple, vous n’en trouverez guères de polis. La mélancolie du chevalier l’empêche de faire attention aux cris que faisoit naître la vétusté de son harnois. Il continue sa route, sort de la ville, entre dans la forêt qui étoit traversée par une rivière sur les bords de laquelle il se rendoit. Graelent marchoit depuis peu de temps dans le bois, lorsque, au milieu d’un épais buisson, il aperçut une biche plus blanche que la neige. La biche part, il la crie, la poursuit et il ne pourra pas l’atteindre, quoiqu’il la suive de près. Elle conduit Graelent dans une prairie arrosée par la source d’une fontaine dont l’eau étoit claire et belle. Au bord, se baignoit une jeune dame. Deux pucelles qui se tenoient près d’elle la servoient et exécutoient ses ordres. Les vêtements qu’elle avoit quittés étoient suspendus à un arbre. Dès que Graelent eut aperçu la beauté qui étoit dans la fontaine, il ne songe plus à poursuivre la biche. Il admire sa taille élancée, la blancheur de son teint, l’incarnat de ses joues, ses yeux riants, la beauté de son front, enfin cet assemblage de perfections qui se rencontre bien rarement. La jolie baigneuse ne vouloit pas sortir de l’eau : pour l’y forcer, le chevalier va s’emparer de ses vêtements croyant pouvoir la retenir par cette action. Les deux pucelles s’aperçoivent du dessein de Graelent et ont peur. La dame l’appelle avec colère et lui dit : Chevalier, laisse ces objets qui te rapporteroient peu de profit ; tu commettrois une bien vilaine action, si tu les emportois et me laissois aller toute nue. Rends-moi, je te prie, ma chemise ; quant au manteau, qui est très-beau, tu peux le garder pour le vendre.

Madame, répondit en riant le chevalier, pour vendre votre manteau, je ne suis pas fils de marchand ou de bourgeois ; il auroit même la valeur de deux ou trois châteaux, que je ne l’emporterois pas. Sortez de l’eau, belle amie ; voici vos vêtements, habillez-vous, et daignez venir me parler. Je ne veux pas en sortir, dit-elle ; je crains trop que vous ne vous empariez de ma personne ; je n’ai nul besoin de vos beaux discours et ne suis point de votre école. Belle dame, reprit Graelent, puisque vous ne voulez pas déférer à mes prières, je garderai vos vêtements ; c’est fâcheux, mais vous avez un bien beau corps. La jeune personne voyant que le chevalier attendoit sa sortie de l’eau, qu’à ce prix seulement elle auroit ses vêtements, elle lui demande en grace de la respecter et de ne lui faire aucune insulte. Graelent la rassure à cet égard, lui présente d’abord la chemise qu’elle passe avant de sortir de l’eau, puis lui tient le manteau qu’il attacha lui-même. Lui donnant la main gauche, il l’éloigne de ses deux compagnes ; il la prie et la requiert d’amour et sollicite la faveur d’être son amant. La dame surprise répondit : Moi, ta maîtresse ! en vérité, cet excès de présomption me fait présumer que ta raison n’est pas saine. Je dois être bien surprise de ce que tu m’as osé proposer. Tant de hardiesse mériteroit une punition exemplaire. Il ne convient pas à un homme de ton espèce, de porter ses vœux sur une femme de mon rang. La fierté du caractère de la dame prouve à Graelent qu’il n’obtiendra rien de sa belle par la douceur ; et il ne veut pas se séparer d’elle avant d’avoir obtenu le don d’amoureuse merci. L’ayant conduite dans l’épaisseur de la forêt, il ravit de force ce qu’on refusoit à ses prières ; à peine se fut-il rendu coupable, qu’il lui demanda pardon ; daignez ne pas m’accabler de votre courroux, soyez assez bonne pour m’accorder votre amour ; vous serez mon amie que j’aimerai et servirai loyalement toute ma vie.

Pendant ce discours la belle dame réfléchissoit que Graelent étoit honnête, sage, bon chevalier, hardi et généreux. Si elle vient à le refuser, elle ne trouvera jamais un pareil amant ; elle se résout à lui accorder son amour et un baiser scella la réconciliation. Avant de nous quitter, Graelent, daignez m’écouter. Vous m’avez surprise, et malgré votre faute, je vous aimerai tendrement. Mais je vous défends de prononcer un seul mot qui puisse faire connoître notre liaison. Je vous donnerai de l’or, de l’argent, de riches vêtements, en abondance. Maintenant que nous sommes l’un à l’autre, nuit et jour je serai près de vous ; nous pourrons causer et rire ensemble sans que personne ne me voie et ne sache qui je suis. J’ai distingué vos qualités, car c’est pour vous que je suis venue à la fontaine ; et je savois d’avance ce qui devoit arriver. Je crains d’avoir à me repentir de ce que j’ai fait ; prenez bien garde à ne rien laisser transpirer de ce qui nous est arrivé, sans quoi vous me perdriez pour toujours. Il vous faudra séjourner un an près de ce canton ; vous pourrez néanmoins vous absenter pendant deux mois ; mais, à votre retour, revenez ici ; car j’aime beaucoup ce pays. Adieu, cher ami, la nuit s’approche[22] ; je vous ferai connoître mes intentions par un message que je vous transmettrai.

Graelent prend congé de sa belle, et ne la quitte qu’après l’avoir couverte de baisers ; il retourne à son hôtel, descend de cheval, et monte dans sa chambre, où il lui tarde d’être seul pour réfléchir sur son aventure. S’étant mis à la fenêtre pour regarder de loin encore la forêt témoin de son bonheur, il voit venir de son côté un varlet qui conduisoit un superbe cheval. L’écuyer arrive à l’hôtel de Graelent, s’empresse de descendre, de venir au-devant du chevalier et de lui présenter ses salutations. Graelent demande au varlet son nom, sa qualité, et le lieu d’où il venoit. Sire, n’en doutez pas, je suis messager de votre amie ; elle me charge de vous présenter ce beau coursier et m’a recommandé de demeurer avec vous. J’acquitterai vos dettes, et prendrai soin de votre maison. À cette nouvelle, Graelent ne se sent pas de joie il embrasse l’envoyé de sa mie et reçoit avec le plus grand plaisir les présents que lui fait son amie. Vous n’avez jamais vu sous les cieux un aussi beau palefroi, aussi vif et aussi bon coureur. Il en fera sa monture ordinaire et abandonnera son cheval de classe au varlet. L’écuyer monta dans l’appartement la malle qu’il avoit apportée avec lui ; l’ayant ouverte, il en tira d’abord une très-belle couverture d’une riche étoffe garnie de fourrures, qu’il jeta sur le lit du chevalier, puis beaucoup d’or et d’argent, et enfin un grand nombre de riches habits. Graelent fait ensuite venir son hôte, lui témoigne sa reconnoissance ainsi qu’à ceux qui lui avoient rendu quelques services. Il lui enjoint de tenir sa maison bien garnie de vivres et termine par lui recommander d’amener chez lui tous les pauvres chevaliers qui étoient dans la ville et qui voudroient le suivre. L’hôte, homme preux et courtois, s’empresse de remplir les intentions de Graelent. Dès qu’il a fait ses provisions, il va s’informer par la ville des chevaliers pauvres, des prisonniers, des pélerins et des croisés, puis les conduit à l’hôtel de Graelent et met tous ses soins à les bien recevoir. La nuit se passoit aussi agréablement que le jour, on avoit des instruments, des danses et bien d’autres jeux encore. Le chevalier toujours vêtu avec recherche, jouissoit du bien qu’il faisoit. Il donna de riches présents aux ménestriers, aux joueurs d’instruments, aux prisonniers, et aux jongleurs ; enfin il récompensa généreusement les bourgeois de la cité dont il avoit reçu quelques services. Aussi tous lui portoient autant d’honneur et de respect qu’ils en auroient porté à leur seigneur.

Graelent, au comble du bonheur, n’aperçoit aucun objet qui puisse lui déplaire. Il peut voir sa mie aussi souvent qu’il lui plaît, rire et jouer avec elle. Comment pourroit-il s’ennuyer la nuit, puisqu’il la sent à ses côtés ? Malgré son état heureux, le chevalier alloit souvent en voyage ; il ne se donnoit pas de tournoi dans le pays où il ne se rendît l’un des premiers, et où il ne remportât le prix. Aussi étoit-il grandement estimé des chevaliers. Que Graelent est donc fortuné ! quelle joie ne reçoit-il pas de sa mie ! Pareil bonheur ne peut longuement durer, on n’ose pas même y croire.

Il y avoit près d’un an que le roi devoit lever des troupes ; et à chaque année, à l’époque de la Pentecôte, le roi tenoit une cour plénière ; il invitoit à cette fête ses barons, ses chevaliers, tous ceux enfin qui relevoient de sa couronne, lesquels avoient l’honneur de manger avec lui. Après le repas, le monarque avoit établi une coutume bien singulière. Il faisoit monter la reine sur une estrade ; puis on lui ôtoit son manteau, afin de pouvoir admirer à son aise l’élégance de sa taille et de ses formes. Le monarque s’adressant ensuite à l’assemblée, leur disoit : Seigneurs barons, que vous en semble ? avez-vous jamais vu sur terre une aussi belle reine ? vous ne trouverez pas dans le sexe un objet qui puisse lui être comparé. Alors, tous de louer la souveraine. Plusieurs même, s’adressant au roi, lui affirmèrent que sur terre, il n’avoit paru une femme aussi belle, que la sienne. Les barons dont les esprits étoient échauffés faisoient tous l’éloge de la reine, à l’exception de Graelent qui ne dit pas un mot. Il sourioit même, parce qu’il songeoit à sa mie, et tenoit pour fous les barons qui s’extasioient sur une beauté très-ordinaire. Il avoit la tête baissée, et ne regardoit point. L’œil jaloux de la reine l’observoit. Voyez, dit-elle à son époux, voyez, sire, quel affront je reçois. Il n’est aucun des convives qui ne m’ait donné des louanges, à l’exception de Graelent qui semble se moquer de moi. Etoit-ce donc à tort, que depuis long-temps, je me plaignois à vous de son ingratitude ? Le monarque irrité l’appelle à lui aussitôt, et le somme par la foi qu’il lui a jurée, puisqu’il est son homme naturel, de dire la raison de son silence et de ce ris moqueur.

Le chevalier pria respectueusement le roi de vouloir bien l’entendre. Sire, jamais homme de votre rang commit-il une folie pareille à la vôtre ? Comment ! vous faites montre de votre femme et commandez en quelque sorte les louanges de vos barons ! Sous le ciel, disent-ils, on ne trouveroit pas sa pareille ? Eh bien ! moi je vous préviens qu’on en peut trouver de beaucoup plus belle. Le roi requiert le serment du chevalier, pour savoir s’il parle sincèrement. Oui, sire, j’en connois une qui vaut trente fois mieux que votre femme.

La reine en fureur s’adresse à son époux pour obtenir la réparation de l’insulte qui vient de lui être faite ; elle demande que Graelent fasse venir la femme dont il a fait un si grand éloge et tant vanté les attraits. Je veux lui être confrontée ; dans le cas où Graelent auroit dit la vérité, il doit être absous ; mais dans le cas contraire, vengez-moi de l’homme qui m’a si cruellement outragée. Le roi ordonne que le chevalier soit arrêté ; il ne lui accordera pas la moindre grace et jamais il ne sortira de prison qu’il n’ait auparavant montré cette beauté dont il a fait un si grand éloge.

Graelent est détenu ; il eût bien mieux valu pour lui de se taire ; il demande répit au monarque, parce qu’il s’aperçoit bien qu’il a commis une faute. La crainte d’avoir perdu sa mie, le fait trembler d’avance. Sa faute mérite un châtiment exemplaire ; plusieurs barons plaignent son sort et s’empressent de lui porter des paroles de consolation. Le roi lui donne un an pour attendre son jugement ; lors de la cour plénière, à la Pentecôte, il mandera ses vassaux, ses barons et ceux auxquels il a concédé des fiefs. Graelent y sera amené par ceux qui répondent de lui, et il y conduira la femme qu’il a tant louée. Si elle possède cette beauté admirable, le chevalier peut être assuré d’être mis en liberté et de ne point perdre les bonnes graces de son suzerain. Mais dans le cas contraire, ou en supposant que la dame si vantée ne vienne pas, le chevalier sera jugé et mis à la disposition du monarque, lequel fera exécuter le jugement.

Le chevalier quitte la cour dans un état impossible à décrire ; il monte son bon cheval, arrive à son hôtel son premier soin est d’appeler l’écuyer que lui avoit envoyé son amie. Jugez de sa peine, lorsqu’il ne le trouve point ; dans son désespoir il appelle la mort à son secours. Seul, dans une chambre écartée, il demande pardon à sa mie, la prie au nom de Dieu de lui parler ; mais la cruelle est inexorable, il ne la verra pas avant un an, et il n’en recevra aucun secours, qu’après avoir été sur le point d’être condamné à mort.

Le grand chagrin que ressent le chevalier de ce qu’il ne peut voir sa belle, fait qu’il n’a de repos ni jour ni nuit. Peu lui importe de sa vie, d’après une semblable perte. Avant que l’année fût écoulée, le malheureux, plongé dans la douleur, avoit tellement perdu la force et le courage, que tous ses amis s’étonnoient de ce qu’il pouvoit résister à une pareille situation. Enfin, au jour assigné pour tenir cour plénière, le roi manda tous ceux qui relevoient de sa couronne ; les chevaliers qui s’étoient rendus cautions pour Graelent, le conduisirent devant le roi qui lui dit : Où est votre amie ? Sire, répondit-il, je ne l’amène point ; et puisque cela est impossible, faites de moi votre volonté.

Seigneur Graelent, reprit le roi, vous parlâtes d’une manière bien vilaine, lorsque, pour mépriser la reine, vous avez donné un démenti à mes barons. En sortant de mes mains, vous ne médirez plus d’aucune femme. Puis s’adressant à l’assemblée, le monarque continua en ces termes : Seigneurs, je vous prie de n’apporter aucun retard dans le jugement que vous allez prononcer. Vous connoissez l’affront que m’a fait l’accusé dans ma cour et en présence de tous mes vassaux. Celui qui insulte ma femme, ne peut peut m’aimer ni me servir loyalement. Vous connoissez le proverbe : on ne croira jamais à l’amitié de celui qui bat votre chien. Les vassaux se rendirent dans la salle destinée à prononcer les jugements ; et lorsqu’ils sont assis, ils restent long-temps sans parler, même sans proférer un seul mot. Il leur peinoit d’avoir à juger un brave chevalier. On n’avoit rien dit encore et on alloit commencer, lorsqu’un écuyer vint prier l’assemblée de suspendre la séance. Seigneurs, il arrive à la cour deux pucelles si belles, qu’on ne pourroit pas en rencontrer de semblables dans le royaume. Il faut espérer, s’il plaît à Dieu, qu’elles seront utiles au chevalier et qu’elles le délivreront. Les vassaux ont attendu volontiers l’arrivée de ces demoiselles qui étoient d’une grande beauté et richement vêtues. Un bliaud lacé faisoit ressortir l’élégance de leur taille. Elles descendent de leurs palefrois qu’elles remettent aux écuyers, puis viennent devant le roi. Sire, dit l’une, daigne m’entendre. Notre maîtresse nous a ordonné à toutes deux de nous rendre ici, pour te prier de faire cesser les débats et de suspendre le prononcé du jugement. Ma dame vient te parler en faveur de Graelent, qu’elle veut délivrer. Avant que la pucelle eût cessé de parler, la reine fut très-mécontente de ce qui se passoit. Au bout de quelques instants, il arriva au palais deux autres demoiselles encore plus jolies que les premières. Elles prient le roi de vouloir bien attendre quelques instants encore, et le préviennent de la venue prochaine de leur maîtresse. Comme elles furent regardées ! les barons ne pouvoient tarir sur leur beauté dont la reine n’avoit jamais approché. Mais ce fut bien autre chose lorsque la fée vint à paroître. À son aspect, toute l’assemblée se leva ; son extrême beauté, la douceur de ses traits, enfin ses yeux, sa figure, sa démarche, ne peuvent se comparer. Toute l’assemblée étoit dans l’admiration. Elle étoit vêtue très richement ; son manteau d’une pourpre vermeille, brodée en or, valoit au moins un château. Vanterai-je le palefroi qu’elle montoit, la selle, et tout le harnois qui valoit certainement plus de mille livres. Dès qu’on apprit qu’elle arrivoit, l’assemblée sortit pour aller au-devant de la fée, et les barons ne pouvoient pas tarir sur ses perfections. Elle arrive à cheval jusqu’au pied du trône, et on ne peut l’en blâmer ; puis elle descend et laisse son coursier en liberté. La dame d’une manière fort gracieuse, s’exprima en ces termes : Sire, daigne m’entendre ; et vous aussi, seigneurs barons. Vous connoissez le motif de cette réunion ; c’est pour juger Graelent, qui parla publiquement au roi, lors de cette grande cour plénière, où la reine fut montrée et où son époux la présenta comme la plus belle femme qui jamais eût été vue. Il est vrai de dire qu’il parla mal puisqu’il a excité la colère de votre majesté. Mais il dit la vérité en avouant que nulle femme ne pouvoit m’être comparée relativement à la beauté. Regardez-moi, seigneurs, donnez votre avis ; je pense qu’après l’avoir fait connoître, Graelent doit être acquitté et le roi doit lui accorder sa grace. Tous les barons, d’un mouvement unanime, déclarèrent que la dame avoit raison et que ses suivantes surpassoient la reine en beauté. Le monarque lui-même, souscrivit à cette décision et proclama que Graelent étoit acquitté.

Pendant qu’on le justifioit, le chevalier songeoit aux moyens de suivre sa mie ; dans cette intention, il se fait amener son beau cheval blanc. La fée ayant rempli le but qu’elle s’étoit proposé, demande et prend congé du roi, monte sur son cheval et part suivie de ses pucelles. Elle traverse la ville au grand galop. Graelent court après sa belle en lui demandant grace ; mais la fée ne répond pas un mot et continue sa route, sans vouloir donner la moindre attention aux prières de son amant. À force de cheminer, la fée arrive à la forêt, la traverse et vient contre une rivière dont les eaux étoient d’une transparence extrême ; elle prenoit sa source dans une lande et alloit arroser une partie du bois. La fée pousse son cheval dans l’eau et le chevalier veut en faire de même. Retire-toi, Graelent, lui dit-elle, fuis ; car tu es assuré, si tu entres dans l’eau de te noyer ; il ne tient compte de cet avis et se précipite dans la rivière. L’eau lui passe par-dessus la tête, et à peine pouvoit-on l’apercevoir. Son amante saisit la rêne du cheval et conduit Graelent à terre ; elle l’invite de nouveau à ne pas s’obstiner à la suivre et à s’éloigner, s’il ne veut pas s’exposer à une mort inévitable. En achevant ces mots, elle pousse son cheval dans la rivière ; mais le chevalier ne peut supporter l’idée de perdre sa mie. Il entre dans l’eau, le courant l’entraîne et lui fait vider les étriers ; c’en étoit fait de lui, si les suivantes de la fée n’avoient parlé en sa faveur. Dame, au nom de Dieu, pardon, ayez pitié de votre amant ; vous le voyez, il est prêt à périr. Maudit soit le jour où vous lui parlâtes pour la première fois, et où vous lui accordâtes votre amour. Mais pour Dieu, le courant l’entraîne et bientôt il ne sera plus temps. Ah ! quel chagrin, s’il venoit à mourir ! et comment votre cœur peut-il le permettre ? Dame, vous êtes trop sévère, aidez-le donc, prenez-en soin, votre ami se noie, portez-lui secours, malgré les torts qu’il a eus envers vous. De grace laissez-vous attendrir et pardonnez-lui sa faute. La dame touchée des prières de ses suivantes, et d’ailleurs ne pouvant rester indifférente à la mort de son ami, court aussitôt après Graelent, le saisit par le corps et l’emmène sur le rivage. Lorsqu’il fut bien revenu à lui, on le fait changer de vêtements ; et comme il avoit froid, la fée le couvre de son manteau. Elle le conduisit dans sa terre, et les habitants de la Bretagne assurent que le chevalier existe encore dans cette terre.

Le bon cheval de Graelent s’échappa de la rivière, et il eut bien du chagrin de ne pouvoir retrouver son maître. Il se retira dans la forêt, et ne reposoit jamais, soit de jour soit de nuit. Il frappoit la terre de ses pieds, il hennissoit si fortement qu’il fut entendu par tous ceux du pays. Plusieurs qui avoient pensé pouvoir le prendre, n’en purent jamais approcher. Il s’enfuyoit dès qu’il voyoit quelqu’un, dès-lors il devenoit impossible de pouvoir s’en emparer. La tradition rapporte que chaque année, ce cheval revenoit près de la rivière le jour où il avoit perdu son maître ; ne le retrouvant pas, il couroit çà et là, frappoit la terre de ses pieds et hennissoit fortement.

L’aventure de Graelent qui s’en alla avec sa mie, et du fidèle coursier, fut chantée dans toute la Bretagne. Les Bretons en firent un Lai, que l’on appella le Lai de Graelent-Mor.



  1. Pour Graalent-Mor, ainsi qu’on peut le voir à la fin.
  2. Diva, dame, sorte d’exclamation du latin diva.
  3. Cheval d’Afrique, cheval barbe, cheval gris tirant sur
    le blanc. On disoit aussi auferant, du latin afer, africanus, en
    bas lat. aferanus. Voy. les Chroniques de saint Magloire, Fabliaux
    de Barbazan, nouvelle édition, tom. II, p. 221.
  4. Cette chasteté recommandée par Marie ainsi que ses
    autres enseignements sur l’amour, font connoître la doctrine
    mystique et raffinée en usage de son temps.
  5. Coute, couverture, coussin, lit de plume, de culcita.
  6. Paille, étoffe quelconque ; tenture, tapisserie. On disoit
    paile ou paille de soie, pour taffetas, satin ; paile de penne,
    fourrure, etc.
  7. Boufu, garniture, frange, ornement.
  8. Draps, habits, vêtements, hardes en général.
  9. Piéça, il y a long-temps.
  10. Voy. la note i sur le Lai de Lanval p. 233.
  11. Ancien proverbe.
  12. Delgies, bien faites, d’une taille élégante.
  13. Roventes, rouges, vermeilles.
  14. Au tan, au temps, lors de.
  15. A grant eslès, au grand galop, rapidement.
  16. Dex, deuil, tristesse.
  17. Et non gesdefers, comme l’avoit lu d’abord Sainte-Palaye
    dans la copie qu’il a faite de ce Lai ; ensuite Le Grand
    d’Aussy dans ses Fabliaux in-8o t. I, p. 120 et 132. Voy. Notices
    des Manuscrits, t. IX, seconde partie, p. 6.
  18. Ms. no 7989 ² fo 65, ro. Col. 2, et imprimé dans la nouvelle édition de Barbazan, tom. IV, p. 157.

    Ce manuscrit renferme une particularité assez remarquable, en ce qu’il offre la preuve que les Lais se chantoient. Il est transcrit de manière à être noté au premier vers de la pièce et à tous ceux qui commencent un alinéa. Il est à regretter que la portée qui est composée de cinq lignes, n’ait pas été notée.

    Le Grand d’Aussy a traduit ce Lai, il se trouve à la p. 120 du 1er volume in-8o de ses Fabliaux. Voyez encore le même ouvrage p. 107.

  19. Cette coutume de s’asseoir sur des lits et sur des tapis est fort ancienne. Voy. Le Grand, Fabliaux in-8o, tom. I, p. 94, tom. II, p. 208. Joinville, Histoire de St. Louis, édition de 1761, p. 14. Le Roy.... fesoit estendre tapis pour nous seoir entour li.
  20. Tullius Cicéron qui a fait un traité sur l’Amitié. Marie est un des poëtes de son temps qui avoit le plus lu et qui citoit assez souvent. On en voit quelques exemples, mais ils sont rares. Rutebeuf, Jean de Meung, et autres, citent assez souvent les auteurs anciens.
  21. Ce discours de Graelent est fort sage, sur-tout quand on saura qu’attenter à l’honneur de son seigneur étoit un crime de félonie, si l’on étoit à son service. L’exemple de Lancelot dont on pourroit s’autoriser, est encore plus à blâmer, selon les statuts de la chevalerie et les lois alors en usage. Lancelot étoit vassal, il commettoit un crime de lèse-féodalité qui, entre autres peines, entraînoit la confiscation du fief.
  22. None, la neuvième heure du jour, ou plutôt les trios quarts de la journée. Au temps de Marie, on comptait par vingt-quatre heures ; douze heures de nuit, et douze heures de jour, à la manière des anciens.