Poésies (Poncy)/Vol. 1/À mes lecteurs

PoésiesI (p. 198-199).
◄  L’Îlot

À MES LECTEURS



Mon navire est lancé. Par le vent de l’oubli,
Puisse son faible essor ne pas être assailli !
Puisse-l-il, fort de vos suffrages,
Braver les ouragans, flotter longtemps sur l’eau :
Car la publicité, comme l’a dit Boileau,
C’est la mer fertile en naufrages.

Ses câbles sont rompus : il vole, et loin du port
La mer qu’il doit franchir l’appelle avec transport.
Lancé sous ces heureux auspices,
On dirait qu’il sourit à l’abîme azuré,
Et qu’avant de partir il était assuré
Que les vents lui seraient propices.

Aidez ma voile, amis ; faites-lui bon accueil,
Pour que, sans s’y briser, elle effleure l’écueil

Où l’oubli veille, noir fantôme !

Et vous aurez bientôt un vaisseau mieux construit,
Car Dieu complète tout, car la fleur devient fruit,

Le ruisseau fleuve, et l’enfant homme !



fin des marines