Pensées (Diderot)

Pensées
Miscellanea philosophiques, Texte établi par J. Assézat et M. TourneuxGarnierIV (p. 32).



PENSÉES


(inédit.)





Il y a tant de bizarrerie dans la conduite qu’on est obligé de tenir relativement au succès qu’on se propose et aux caractères, aux circonstances, aux passions et à une infinité de causes qui croisent nos combinaisons, que l’homme le plus sage ne nous paraît souvent faire que le calcul d’un fou.



Je n’ai jamais employé mon esprit à justifier les erreurs de mon cœur ; c’est une planche que j’ai toujours sauvée du naufrage. Dans le transport de la passion, je me suis dit à moi-même comme Médée : Video meliora proboque, deteriora sequor ; et je n’ai répondu aux objections de la femme que j’aimais que : Vous avez raison ; mais cela me fera tant de plaisir ! J’ai fait parler le sentiment au lieu du sophisme, et je ne m’en suis pas trouvé plus mal pour le présent et pour l’avenir.