Ouvrir le menu principal

Pascal Œuvres complètes Hachette, tome 2/Lettres/04

Hachette (Œuvres complètes tome 2p. 104-106).


IV. Lettre de Pascal et de sa sœur Jacqueline
à Mme Périer, Leur sœur.


Ce 1e avril 1648.

Nous ne savons si celle-ci sera sans fin aussi bien que les autres, mais nous savons bien que nous voudrions bien t’écrire sans fin. Nous avons ici la lettre de M. de Saint-Cyran, De la vocation, imprimée depuis peu sans approbation ni privilège et qui a choqué beaucoup de monde. Nous la lisons ; nous te l’enverrons après. Nous serons bien aises d’en savoir ton sentiment et celui de M. mon père. Elle est fort relevée.

Nous avons plusieurs fois commencé à t’écrire, mais j’en ai été retenu par l’exemple et par les discours ou, si tu veux, par les rebuffades que tu sais ; mais après nous en être éclaircis tant que nous avons pu, je crois que, s’il faut y apporter quelque circonspection, et s’il y a des occasions où l’on ne doit pas parler de ces choses, nous en sommes dispensés ; car comme nous ne doutons point l’un de l’autre, et que nous sommes comme assurés mutuellement que nous n’avons dans tous ces discours que la gloire de Dieu pour objet, et presque point de communication hors de nous-mêmes, je ne vois point que nous puissions avoir de scrupule, tant qu’il nous donnera ces sentimens. Si nous ajoutons à ses considérations celle de l’alliance que la nature a faite entre nous, et à cette dernière celle que la grâce y a faite, je crois que, bien loin d’y trouver une défense, nous y trouverons une obligation ; car je trouve que notre bonheur a été si grand d’être unis de la dernière sorte. que tous nous devons unir pour le reconnoîtreet pour nous en réjouir. Car il ut avouer que c’est proprement depuis ce temps (que M. de Saint Cyran veut qu’on appelle le commencement de la vie) que nous devons tous considérer comme véritablement parens, et qu’il a plu à Dieu de nous joindre aussi bien dans son nouveau monde par l’esprit, comme il avoit fait dans le terrestre par la chair.

Nous te prions qu’il n’y ait point de jour où tu ne le repasses en ta mémoire, et de reconnoitre souvent la conduite dont Dieu s’est servi en cette rencontre, où il ne nous a pas seulement faits frères les uns des autres, mais encore enfans d’un même père ; car tu sais que mon père nous a tous prévenus et comme conçus dans ce dessein. C’est en quoi nous devons admirer que Dieu nous ait donné et la figure et la réalité de cette alliance ; car, comme nous avons dit souvent entre nous les choses corporelles ne sont qu’une image des spirituelles, et Dieu a représenté les choses invisibles dans les visibles. Cette pensée est si générale et si utile, qu’on ne doit point laisser passer un espace notable de temps sans y songer avec attention. Nous avons discouru assez particulièrement du rapport de ces deux sortes de choses ; c’est pourquoi nous n’en parlerons pas ici : car cela est trop long pour l’écrire et trop beau pour ne t’être pas resté dans la mémoire, et, qui plus est, nécessaire absolument, suivant mon avis. Car comme nos péchés nous retiennent enveloppés parmi les choses corporelles et terrestres, et qu’elles ne sont pas seulement la peine de nos péchés, mais encore l’occasion d’en faire de nouveaux et la cause des premiers, il faut que nous nous servions du lieu même où nous sommes tombés pour nous relever de notre chute. C’est pourquoi nous devons bien ménager l’avantage que la bonté de Dieu nous donne de nous laisser toujours devant les yeux une image des biens que nous avons perdus, et de nous environner dans la captivité même où sa justice nous a réduits, de tant d’objets qui nous servent d’une leçon continuellement présente.

De sorte que nous devons nous considérer comme des criminels dans une prison toute remplie des images de leur libérateur et des instrucions nécessaires pour sortir de la servitude ; mais il faut avouer qu’on ne peut apercevoir ces saints caractères sans une lumière surnaturelle ; car comme toutes choses parlent de Dieu à ceux qui le connoissent, et qu’elles le découvrent à tous ceux qui l’aiment, ces mêmes choses le cachent à tous ceux qui ne le connoissent pas. Aussi l’on voit que dans leS ténèbres du monde on les suit par un aveuglement brutal, que l’on s’y attache et qu’on en fait la dernière fin de ses désirs, ce qu’on ne peut faire sans sacrilège, car il n’y a que Dieu qui doive être la dernière fin comme lui seul est le vrai principe. Car, quelque ressemblance que la nature créée ait avec son Créateur, et encore que les moindres choses et les plus petites et les plus viles parties du monde représentent au moins par leur unité la parfaite unité qui ne se trouve qu’en Dieu, on ne peut pas légitimement leur porter le souverain respect, parce qu’ n’y a rien de si abominable aux yeux de Dieu et des hommes que l’idolatrie, à cause qu’on y rend à la créature l’honneur qui n’est dû qu’au Créateur. L’Écriture est pleine des vengeances que Dieu a exercées sur ceux qui en ont été coupables, et le premier commandement du Décalogue, qui enferme tous les autres, défend sur toutes choses d’adorer ses images. Mais comme il est beaucoup plus jaloux de nos affections que de nos respects, il est visible qu’il n’y a point de crime qui lui soit plus injurieux ni plus détestable que d’aimer souverainement les créatures. quoiqu’elles le représentent.

C’est pourquoi ceux à qui Dieu fait connoître ces grandes vérités doivent user de ces images pour jouir de celui qu’elles représentent, et ne demeurer pas éternellement dans cet aveuglement charnel et judaïque qui fait prendre la figure pour la réalité. Et ceux que Dieu, par la régénération, a retirés gratuitement du péché (qui est le véritable néantl parce qu’il est contraire à Dieu, qui est le véritable être) pour leur don nerune place dans son Eglise qui est son véritable temple, après le avoir retirés gratuitement du néant au point de leur création, pour leu donner une place dans l’univers, ont une double obligation de le servi et de l’honorer, puisque en tant que créatures ils doivent se tenir dans l’ordre des créatures et ne pas profaner le lieu qu’ils remplissent, et qu’en tant que chrétiens, ils doivent sans cesse aspirer à se rendre dignes de faire partie du corps de Jésus-Christ. Mais qu’au lieu que les créatures qui composent le monde s’acquittent de leur obligation en se tenant dans une perfection bornée, parce que la perfection du monde est aussi bornée, les enfans de Dieu ne doivent point mettre de limite à leur pureté et à leur perfection, parce qu’ils font partie d’un corps tout divin et infiniment parfait ; comme on voit que Jésus-Christ ne limite point le commandement de la perfection, et qu’il nous en propose un modèle où elle se trouve infinie, quand il dit : « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Aussi c’est une erreur bien préjudiciable et bien ordinaire parmi les chrétiens et parmi ceux-là même qui font profession de piété, de se persuader qu’il y ait un certain degré de perfection dans lequel on soit en assurance et qu’il ne soit pas nécessaire de passer, puisqu’il n’yen a point qui ne soit mauvais si on s’y arrête, et dont on puisse éviter de tomber qu’en montant plus haut.