Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Je crains qu’il n’en ait le droit… Vous verrez…

Et elle lui tendit la lettre.

Waythorn fit un geste de refus. Il regardait vaguement dans le salon doucement éclairé qui, un moment auparavant, lui promettait une intimité si tendre.

— Je suis désolée, répéta Mrs Waythorn. Si Lily avait été transportable…

— Il ne peut en être question, répliqua-t-il avec impatience.

— J’en ai peur.

Ses lèvres se mirent à trembler, et Waythorn sentit qu’il avait été trop sec.

— Il faut qu’il vienne, bien entendu, dit-il. Quel jour ?

— Je crains… demain…

— Très bien. Envoyez un mot demain matin.

Le maître d’hôtel annonça le dîner. Waythorn se retourna.

— Venez, vous devez être fatiguée. C’est fort désagréable, mais tâchez d’oublier cela, lui dit-il, en attirant la main de sa femme sous son bras.

— Vous êtes si bon, mon ami ; oui, je tâcherai, murmura-t-elle.

Sa physionomie s’éclaira, et lorsqu’elle s’assit à table et regarda son mari par-dessus les