Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/317

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ERMITE
ET LA FEMME SAUVAGE


I

L’ermite vivait dans une caverne, au creux d’une colline. Au bas de la colline, dans un ravin, coulait un ruisseau bordé de chênes et de saules. Et par delà la vallée, à une demi-journée de marche, une autre colline, haute et escarpée, portait, profilée contre le ciel, une petite cité, ceinte de murailles aux créneaux gibelins en queue d’aronde.

Lorsque l’ermite était enfant et vivait dans la cité, les créneaux étaient carrés et l’étendard d’un maître guelfe flottait sur le donjon.

Puis, un jour, dans le lointain, une mince colonne bleu d’acier parut : c’étaient des hommes d’armes qui chevauchèrent au travers de la