Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/316

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


me l’aurait donnée, s’il avait pu dire ce jour-là ce qu’il pensait.

Et, en réponse à la question que je lui fis presque machinalement :

— Recommencer à peindre ! s’écria-t-il, quand la seule chose qui me rapproche de lui est que j’ai eu le courage d’y renoncer ?

Il se leva et posa la main sur mon épaule en riant :

— Seulement, l’ironie de la chose, c’est que je peins encore, puisque Grindle le fait pour moi ! La race des Stroud ne se renouvelle pas de sitôt, — mais le peintre moyen a toujours une postérité !