Ouvrir le menu principal

Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/31

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Voyons, cela vous étonne à ce point ?

— À ce point et au delà ! — Il la regarda brusquement. — Comment, vous croyez ?…

— Mais non, mais non ! Je sais très bien que vous avez joué cartes sur table. Seulement, ce n’est pas la première fois, n’est-ce pas, que l’on s’éprend de vous sans que vous y soyez pour quelque chose ?

Il haussa les épaules avec un geste de mépris ; puis il se détourna, arpenta une ou deux fois la pièce, et revint se placer en face de la jeune fille.

— Mais la mère ne consentirait sans doute jamais ? demanda-t-il brusquement.

Une vive rougeur baigna le visage de Blanche Lambart, et elle se leva aussi.

— Alors, vous, vous consentez ? dit-elle, le regardant bien dans les yeux.

Il rougit aussi et se mit à tordre ses gants entre ses doigts nerveux.

— Moi, moi ? Je n’en sais rien, je demande seulement…

— Eh bien, l’affaire est bouclée. J’ai obtenu le consentement de Mrs Smithers.

Il la regarda, ébahi.

— Vous l’avez obtenu ? Comment donc ? C’est incroyable !

— Mais non. Au fond, c’est une bonne