Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/309

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’était son histoire. Elle avait foi en lui, ou, du moins, le croyait. Mais elle n’admettait pas de n’avoir pas tous les gens du monde avec elle. Elle était désespérée, les jours de vernissage, que l’on pût s’approcher librement de ses tableaux. Pauvre femme ! Ce n’est qu’un être incomplet, qui a besoin de s’appuyer sur les autres. Stroud est le seul être complet que j’aie jamais connu.

— Que vous ayez jamais connu ? Mais vous venez de dire…

Gisburn eut un étrange sourire.

— Oh ! je l’ai connu et il m’a connu, mais après sa mort seulement.

Je baissai instinctivement la voix :

— Quand sa femme vous a envoyé chercher ?

— Oui. Elle n’en avait pas compris l’ironie ! Elle désirait qu’il fût justifié, — et par moi !

Il rit de nouveau, et jeta la tête en arrière pour contempler l’esquisse de l’âne.

— Il y a eu des jours où je ne pouvais pas regarder cette esquisse. Mais je me suis forcé à la placer ici, et maintenant elle m’a guéri. Oui, guéri. Voilà pourquoi je ne barbouille plus de couleurs, mon cher Rickham ; ou plutôt c’est à cause de Stroud lui-même.

Pour la première fois, ma vague curiosité au