Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de son complexe tissu mental. En un certain sens, Silvia avait elle-même créé les Sonnets à Silvia.

Au fur et à mesure que son intimité avec Mrs Anerton grandissait, Danyers avait l’impression d’arriver en intrus dans cette vie déjà si remplie.

Être la gardienne de la personnalité intime de Rendle, la porte, si l’on peut dire, du sanctuaire, avait semblé au jeune homme un privilège si complet ! Quelle place y restait-il parmi des souvenirs aussi envahissants pour une actualité aussi infime que la sienne ? Puis, soudain, il découvrit que Mrs Memorall y avait vu plus juste : son heureuse amie était ennuyée aussi bien que solitaire !

— Vous avez eu en partage plus qu’aucune autre femme… s’était-il écrié un jour.

Et un sourire éclaira sa méprise d’une lueur ironique. Insensé qu’il était de n’avoir pas vu qu’elle n’avait pas eu assez, qu’elle était jeune encore, — est-ce que les années comptent ? — qu’elle était tendre, humaine, femme enfin, — que les vivants ont besoin des vivants !


À dater de là, quand ils gravirent les allées en pente du parc, se reposant dans un des petits temples ruinés, ou contemplant, à travers un