Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Vous aussi, vous avez senti cela ?

— Oui, certes ! répondit-il, d’une voix basse et véhémente. Me croyez-vous donc mieux fait que vous pour le rôle de lâche que nous jouons ?

Il retomba sur le bras d’un fauteuil et tous deux se regardèrent comme des aveugles qui tout à coup voient clair.

— Mais cependant vous vous êtes plu ici ? dit-elle avec hésitation.

— Oh ! oui, je me suis plu ici. (Il se mit à marcher avec impatience.) Vous aussi, n’est-ce pas ?

— Oui, s’écria-t-elle, c’est ce qu’il y a de pis… c’est ce que je ne puis supporter. Je croyais rester pour vous… parce que vous pensiez pouvoir écrire ici ; et peut-être, au début, était-ce vraiment la raison. Mais ensuite, c’est pour moi que j’ai voulu rester ici : je m’y suis plu. (Elle éclata de rire.) Oh ! voyez-vous l’amère dérision de la chose ? Ces gens, les prototypes mêmes des gens assommants dont vous m’aviez éloignée, avec les mêmes œillères, la même moralité qui consiste à ne pas marcher sur les gazons, les mêmes petites vertus circonspectes et les mêmes petits vices poltrons, eh bien ! je me suis cramponnée à eux, j’en ai fait mes délices, j’ai fait de mon mieux pour leur plaire. J’ai flagorné lady Susan, j’ai potiné