Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/174

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Quelle impudence ! Je suis navré, ma chérie, que vous ayez été exposée à pareille chose.

— Exposée !

Lydia se mit à rire.

Le front de Gannett se rembrunit et ils détournèrent les yeux l’un de l’autre.

— Savez-vous pourquoi elle m’a tout raconté ? Pour la meilleure des raisons. Parce qu’à première vue elle a deviné que nous étions toutes les deux à fourrer dans le même sac.

— Lydia !

— Il était donc tout naturel que, dans son embarras, elle eût recours à moi.

— Quel embarras ?

— Elle a lieu de croire, paraît-il, que la famille de lord Trevenna cherche à le faire rompre avant qu’elle ait obtenu son divorce…

— Alors ?

— Elle s’est imaginée qu’il vous avait consulté hier soir sur le meilleur moyen de se débarrasser d’elle.

Gannett se leva, furieux :

— Eh bien ! en quoi toute cette sale affaire vous regarde-t-elle ? Pourquoi cette femme est-elle allée vous trouver ?

— Vous ne le voyez pas ? C’est pourtant bien simple : je devais vous soutirer le secret de lord Trevenna.