Ouvrir le menu principal

Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/158

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ironie ? — il lui avait maintes fois juré que ses facultés latentes n’atteindraient leur plein développement qu’auprès d’elle ; et cette assurance avait presque donné à la conduite de Lydia la dignité d’une vocation. Il y avait eu des moments où elle s’était sentie incapable d’assumer devant la postérité la responsabilité de borner sa carrière. Et cependant il n’avait pas écrit une ligne depuis qu’ils étaient ensemble : son premier désir d’écrire avait jailli au contact repris avec le monde. S’était-il donc trompé ? Le choix le plus intelligent a-t-il des effets plus désastreux que les aveugles combinaisons du hasard ? Ou bien y avait-il, pour elle, une réponse encore plus humiliante à ses perplexités ? Cette soudaine impulsion d’activité coïncidait trop exactement avec le désir qu’elle-même éprouvait de se soustraire à l’observation de Gannett : elle se demandait s’il ne recherchait pas, lui aussi, un refuge contre d’intolérables problèmes.

— Il faut vous mettre au travail demain ! s’écria-t-elle.

Et elle dissimula le tremblement de sa voix dans un rire, en ajoutant :

— Je me demande s’il y a de l’encre dans l’encrier ?