Page:Wharton - Les Metteurs en scène, 1909.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Merci, murmura-t-elle.

— Mais je ne saisis pas…

— Non… mais vous saisirez… dans un instant. Ne voulez-vous pas m’écouter ? Je vous en prie !

Instinctivement elle avait changé de position, se plaçant entre la porte et lui.

— Cela s’est passé ce matin, continua-t-elle, s’exprimant en phrases courtes, haletantes. Je ne soupçonnais rien… Je croyais que nous étions… parfaitement heureux… Tout à coup, il m’a dit qu’il était fatigué de moi… il me préfère une jeune fille… Il est allé la rejoindre…

Comme elle parlait, une angoisse latente l’envahit, la dominant à l’exclusion de toute autre émotion. Ses yeux brûlaient, sa gorge se gonflait et deux larmes douloureuses coulèrent sur ses joues.

La contrainte d’Arment augmentait visiblement.

— C’est… c’est très malheureux, dit-il. Mais il me semble que la loi…

— La loi ? répondit-elle ironiquement. Quand il demande sa liberté ?

— Vous n’êtes pas forcée de la lui rendre, répondit Arment.

— Vous non plus, vous n’étiez pas forcé de