Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/119

Cette page a été validée par deux contributeurs.
95
D’OTRANTE.

verſer le ſang d’un innocent. Il s’accuſa dans les termes les plus forts, de ſon indiſcrétion, s’efforça de diſculper le jeune homme, & n’épargna ni les larmes, ni les prières pour appaiſer le Tyran. Manfred, plutôt irrité qu’appaiſé par l’interceſſion de Jérôme, qu’il ſoupçonna de lui en avoir impoſé, lui ordonna de faire ſon devoir lui difant qu’il n’accordoit au priſonnier que quelques minutes pour ſe confeſſer. Je n’en demande pas davantage, Monſeigneur, reprit le malheureux jeune homme. Mes péchés, grâces au Ciel, ne ſont pas en grand nombre, ils n’excèdent point ce qu’on peut attendre de mes années. Eſſuyez vos larmes, mon Père, & dépêchons-nous : ce monde-ci eſt extrêmement mauvais, & je n’ai pas grand ſujet de le regretter. Ah ! malheureux jeune homme, reprit le Père, comment pouvez-vous ſoutenir ma vue