Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/116

Cette page a été validée par deux contributeurs.
92
LE CHÂTEAU

rêvé-je ? voilà un jeune homme qui reſſemble parfaitement au portrait d’Alphonſe qui eſt dans la galerie. Elle ne put en dire davantage, s’étant aperçue que ſon père s’échauffoit. Cette bravade, lui dit-il, eſt au-deſſus de ta première inſolence. Tu vas apprendre ce que c’eſt que de m’offenſer. Qu’on le ſaiſiſſe & qu’on le lie, dit le Prince à les domeſtiques… Les premières nouvelles que la Princeſſe apprendra de toi, ſeront que tu as perdu la tête pour l’amour d’elle. L’injuſtice de ton procédé, lui dit Théodore, me prouve l’importance du ſervice que j’ai rendu à la Princeſſe en la délivrant de ta tyrannie. Mon ſort m’intéreſſe peu, pourvu quelle ſoit heureuſe. C’eſt ſon amant ! s’écria Manfred tranſporté de colère ; un ſimple Payſan, qui eſt à la veille de mourir, n’eſt point capable de pareils ſentimens. Dis-moi, dis-moi, jeune témé-