Page:Waller - Jeanne Bijou, 1886.djvu/42

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

JEANNE

Et l’on parlait de moi ?

LE MAJOR

De qui parlerait-on, sinon…

JEANNE

Oui, je connais la suite. Et vous disiez ?

FRIEDMANN

Nous disions que vous alliez prendre place dans ce canapé, que vous alliez faire votre plus joli sourire, et nous conter les incidents qui ne peuvent manquer d’être tombés dans votre oreille mignonne.

JEANNE

Ah ! des indiscrétions ; un petit récit bien corsé avec les noms en blanc.

FRIEDMANN

Oh ! en blanc ! ce n’est pas nécessaire.

JEANNE

Avez-vous vu Gaston de Cléry ?

LE MAJOR

Il sort d’ici.

JEANNE

Il ne vous a rien raconté ?

FRIEDMANN

Si : la Tour de Nesles.

JEANNE

Ah ! pour vous distraire ?

FRIEDMANN

Non, pour ne rien dire.

JEANNE

Il est discret ; c’est une leçon ; j’en profite.

FRIEDMANN

Ah ! c’est trop fort ! (suppliant) Mais c’est le secret de Polichinelle.