Page:Waller - Jeanne Bijou, 1886.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

GASTON

C’est la suite de ce que vous me disiez, il y a deux mois, vous savez… le bruit qui court…

JEANNE

Eh bien ?

GASTON

Eh bien ! à force de courir, il a pris le mors-aux-dents, et Albert l’a reçu dans les jambes.

JEANNE

Et vous sur la joue !

GASTON (stupéfait)

Quoi ! vous saviez !

JEANNE

Non, j’ai deviné, mais je voulais apprendre de vous le détail. Vous vous taisez ?

GASTON

Puisque vous connaissez l’histoire ; sauf le soufflet, elle est vraie.

JEANNE

Alors, vous l’aimez beaucoup, la petite comtesse ?

GASTON

Beaucoup.

JEANNE

Et vous allez l’enlever ?

GASTON

Que non ! d’abord on n’enlève pas les femmes ; ce sont presque toujours elles qui commandent la voiture !

JEANNE

Le souper tient-il ?

GASTON

Sans le comte.

JEANNE

En tête à tête, à nous deux.