Page:Waller - Jeanne Bijou, 1886.djvu/29

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Scène V


Les mêmes, CHRISTINE
CHRISTINE (entrant)

Et vous avez raison, merci. (À Albert) Ce que vous faites en ce moment, monsieur, est de la folie. M. de Cléry est mon amant, vous ne vous êtes pas trompé.

ALBERT (hagard)

Vous avez dit qu’il est votre amant ?

CHRISTINE

Mais oui, pourquoi pas ? N’avez-vous pas une maîtresse, vous ? (Albert court la main levée vers Gaston. Christine l’arrête au moment où il va frapper.)

CHRISTINE (fiévreusement)

Non ; il ne peut y avoir de sang, monsieur, entre vous et Gaston ; ne frappez pas ; oui, je sais, vous voyez rouge, vous ne vous connaissez plus. Attendez, attendez, je vous en supplie… demain… Allez, Gaston !

GASTON

Je me retire, madame, et j’attends les ordres de M. de Morteroche. (Albert fait un signe d’acquiescement las.)



Scène VI


Les mêmes, moins GASTON
ALBERT

Madame, à vous entendre, je comprends que l’on meure de rire. Votre sang-froid m’a rendu le mien ; je vous écoute ; développez cette théorie en attendant que je brûle la cervelle à votre amant.

CHRISTINE

Ce sera facile à faire ; il ne se défendra pas.