Page:Waller - Jeanne Bijou, 1886.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

GASTON

Un peu, oui ; elle n’est pas sotte, Je vous assure, et comme elle a horreur du bruit, vous en êtes pour vos frais d’invention, et Gil Blas n’aura pas demain sa petite indiscrétion croustillante.

FRIEDMANN

C’est dommage. Major ! venez-vous faire une partie d’échecs avant le dîner ?

LE MAJOR

À vos ordres, baron. (Ils sortent.)



Scène VI


Jeanne, Gaston
JEANNE

Maintenant, à nous deux. Vous savez que je suis discrète ; répondez-moi. Est-il vrai que Monsieur Gaston de Cléry a aimé la femme d’Albert de Morteroche lorsqu’elle était jeune fille ?

GASTON

Singulière question. Eh bien, oui, j’ai pensé à cette jeune fille ; le mariage ne me déplaisait pas trop et la dot avait quelque charme. Albert m’a enlevé les deux, je lui pardonne.

JEANNE

Le bruit court que vous n’auriez manqué que la dot, et que, au bout de sa courte lune de miel, vous auriez débarrassé Albert du fardeau de ses devoirs.

GASTON (se levant)

Qui a dit cela ? C’est une honte !

JEANNE

Le bruit court…

GASTON (vivement)

Oh ! oui, ces bruits là, cela court si vite qu’on n’a pas le temps de les rattraper. Je suis l’ami de Mme de Morteroche, nous avons été élevés ensemble, je suis son compagnon d’enfance.