Page:Waller - Jeanne Bijou, 1886.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

JEANNE (au major)

Eh bien ?

LE MAJOR (bas)

Eh bien ! j’avais raison, c’était la petite comtesse qui venait surveiller son mari. Elle l’a vu entrer ici, et… comme… comme elle n’ignore pas que vous avez… préparé son époux à… l’hymen, elle a cru qu’Albert venait vous demander de continuer la… préparation. En ce moment, elle est rentrée à son hôtel. J’ai habilement interrogé le valet de chambre. Albert n’est pas encore revenu, et le dénouement reste inconnu. La reine est-elle contente de son esclave ?

JEANNE

Combien vous dois-je ?

LE MAJOR

Laissez-moi déposer timidement sur votre main blanche…

JEANNE (vivement)

Vous exagérez vos prix !

FRIEDMANN (se levant)

Dites-donc, major, vous savez la nouvelle ? Un bon petit scandale qui se prépare.

LE MAJOR (finement)

Oui, oui, je sais.

FRIEDMANN

Revolver ou vitriol, on hésite. Demain Gil Blas racontera l’affaire. Une grande dame jalouse, parce que son mari est allé retrouver une ancienne. Le mari est au Club, mais quand il rentrera ff ! ff ! quand il rentrera !

JEANNE

Oui, ce sera intéressant. Voyons, devinons ce qu’elle fera, la petite. Le revolver, cela ne tue plus ; on en fabrique de spéciaux pour suicide ; le vitriol défigure ; les femmes ont horreur des… mutilations. Le pardon ? du bois d’allonge ? les paris sont ouverts et les chances égales. Pour quoi pariez-vous ?

GASTON (entrant)

Ne pariez pas. Albert est rentré chez lui. Sa femme s’était enfermée dans