Page:Waller - Jeanne Bijou, 1886.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

GASTON

Merci, c’est trop facile. J’en fais parfois pour me distraire ; c’est mon loto à moi, — sans la famille.

JEANNE (à Albert)

Quel bon mari vous devez faire, mon pauvre comte. Franchement, je ne vous vois pas dans une église, en habit noir, les yeux baissés, à côté d’une petite jeune fille tremblante. J’ai pensé à vous ce jour-là.

ALBERT

À quelle heure ?

JEANNE

Indiscret ! À l’heure du crime.

GASTON

Je ne comprends plus, je m’en vais ! (Bas à Albert.) En entrant ici, j’ai vu une voiture arrêtée en face ; il y avait dedans une dame qui semblait surveiller cette maison. Quoiqu’elle fut voilée, je jurerais que c’est ta femme. Pars vite.

ALBERT (troublé)

Merci, (à Jeanne) Au revoir, madame. (Exit.)

JEANNE (à Gaston)

Qu’a-t-il ?

GASTON

Rien. Je lui annonçais une première à sensation

JEANNE

L’auteur ?

GASTON

Molière, celui du Dépit amoureux.

JEANNE

Mauvais plaisant !