Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





PAUL VALÉRY





Bibliographie. — Introduction à la Méthode de Léonard de Vinci, extrait de la Nouvelle Revue du 15 août 1895 (Librairie de la Nouvelle Revue, Paris, 1895).

M. Paul Valéry a collaboré a la Conque (1891), à la Revue Indépendante (1891), aux Entretiens Politiques et Littéraires (1892), à l’Ermitage (1891), à Chimère (1891), à la Syrinx (1892), à la Wallonie (1892), au Centaure, — qu’il fonda, en 1896, avec MM. Henry de Régnier, Pierre Louÿs, André Gide, Jean de Tinan, A.-Ferdinand Hérold et Henri Albert, — à la Nouvelle Revue (1895), à The New Review, de Londres (1897), à la Coupe (1895), et au Mercure de France (depuis 1897), à Vers et Prose, etc. Et on lui doit, comme écrits en prose et qui n’ont pas encore été réunis en volume : Paradoxe sur l’architecte (Ermitage, mars 1891), Purs Drames (Entretiens Politiques et Littéraires, mars 1892), La Soirée avec M, Teste (Le Centaure, volume II, 1896), La Conquête allemande, essai sur l’expansion germanique (paru en français dans The New Review, janvier 1897), Durtal, étude sur les trois derniers romans de M. J.-K. Huysmans (Mercure de France, mars 1898), Les Méthodes (Mercure de France).

M. Paul-Ambroise Valéry, né à Cette (Hérault) le 30 octobre 1871, n’a guère écrit jusqu’ici que pour ses amis et dans des revues fermées comme La Conque, de M. Pierre Louÿs, et Le Centaure, dont il fut l’un des fondateurs. « Quant à mes poèmes, nous écrit M. Paul Valéry, je n’en préfère aucun. Ils m’ont plu également avant de les faire, déplu à la fin ; — maintenant je les ai oubliés. »

Depuis 1895, M. Valéry a peu écrit. « C’est à peine si, de temps à autre, dans le Mercure de France, on voit son nom au bas d’études dont le titre : Méthodes, est significatif des abstractions et des spéculations mathématiques où s’est jeté son esprit. M. Paul Valéry, en effet, s’adonne depuis quelques années à des recherches extra-littéraires et qu’il est malaisé de définir, car elles semblent se fonder sur une confusion préméditée des méthodes des sciences exactes et des instincts artistiques. Mais ces recherches n’ont encore fait l’objet d’aucune publication de