Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/548

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Mme JANE CATULLE MENDÈS





Bibliographie. — Les Charmes, poésies (Fasquelle, Paris, 1904).

Mme Jane Catulle Mondes a collaboré à divers journaux et revues.

En publiant son délicieux volume Les Charmes, Mme Jane Catulle Mendès a su ajouter encore de la gloire à un nom déjà glorieux. Voici un poète-femme auquel nulle poésie n’est étrangère, une femme-poète en qui frémit toute la femme, une amoureuse qui est à la fois une artiste et une intelligence. « Dans Les Charmes, a dit un critique, la personnalité de Mme Catulle Mendès s’affirme partout et ne se dément nulle part. On l’aperçoit à travers ses poèmes, hiératisée par une attitude où la Beauté volontaire, unie à la naturelle beauté, n’arrive pas à voiler l’éternelle inquiétude, l’absence de sérénité qui fait le douloureux privilège des meilleures et des plus fortes. » Le volume se compose d’une suite de poèmes qui se déroule comme les chapitres d’un roman. « C’est d’abord l’attente inquiète et puis les angoisses et les ravissements du Cœur promis, et enfin, lorsque l’âme contente croit avoir obtenu sa « part de l’infini », c’est la poignante amertume du bonheur incertain, la perception nette des limites imposées à notre félicité terrestre, toutes les alternatives de joie et de douleur, de lumière et d’ombre, qui tour à tour illuminent et assombrissent le « rêve alarmé ». Cet effort de composition, cette suite et cet enchaînement, donnent au beau livre de Mme Catulle Mendès la valeur, la force d’une grande symphonie sentimentale et passionnée, qui est animée par le rythme vif et dolent de cet « éternel féminin » où abondent les désillusions du rêve et où interviendront, de plus en plus, grâce au progrès de la civilisation moderne, les sereines consolations de l’art. »

Mme Catulle Mendès a donné à la Presse une série de subtils et pénétrants articles de critique.