Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/535

Cette page n’a pas encore été corrigée


Et ses pieds, que les clous attendaient, pas ù pas L’emportèrent, pensif, parmi la foule humaine.

O poète Jésus, dont l’amour est la loi,
Le plus céleste amour de femme allait vers toi ;
Mais tu lui préféras l’Humanité farouche.
Délicieusement ému, tu regardas
Madeleine à genoux qui te donnait sa bouche,
Et tu tendis la tienne au baiser de Judas !