Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/506

Cette page n’a pas encore été corrigée



ADOLPHE LACUZON

Bibliographie. — Éternité, poème, précédé d’une étude sur la Poésie (Lemerre, Paris, 1902) ; — La Foi nouvelle du poète et sa doctrine : l’Intégralisme, manifeste publié dans la Revue Bleue du 15 janvier 1904) ; — Nos Colloques [1902-1906] (édition des Poèmes).

En Préparation : Le Silence éternel de la Divinité ; Inspiration.

M. Adolphe Lacuzon a collaboré à la Grande Revue de Paris et de Saint-Pétersbourg (1892), à la Nouvelle Revue, au Mercure de France, à la Revue Bleue, à la Revue Septentrionale, à la Foi Nouvelle, etc.

Né en 1870, à Valencienncs, d’une famille originaire de Franche-Comté, M. Adolphe Lacuzon vint à Paris très jeune et débuta dans la littérature par la publication de quelques plaquettes de vers et la fondation do plusieurs revues éphémères sur lesquelles il désire que soit fait un silence absolu. En 1892, il signait dans la Grande Revue de Paris et de Saint-Pétersbourg, dirigée par Arsène Houssaye et Armand Silvestre, une série de chroniques sur le mouvement littéraire. lia collaboré depuis à la Nouvelle Revue, au Mercure de France, à la Revue Bleue, etc., et s’est beaucoup mêlé au mouvement littéraire d’aujourd’hui. S’étant associe à l’Ecole française, il s’en sépara bientôt après. C’est lui qui donna le nom de Foi Nouvelle aux tendances actuelles, et la définition en fut prise dans la préface d’Eternité (1902).

Ayant beaucoup étudié les sciences, la philosophie et les religions anciennes, M. Adolphe Lacuzon a élaboré, d’après toutes ces études, une doctrine qui se trouve assez exactement resumée dans le Manifeste de la Revue Rleue du 15 janvier 1904, rédigé par lui et contresigné par MM. Cubelier de Beynac, Adolphe Boschot, Sébastien-Charles Leconte, Léon Vannoz, document important dont nous reproduisons les parties essentielles :

L’INTÉGRALISME

A. — Questions Prosodiques. .

(L’auteur, laissant de côté les questions de détails, entend s’occuper uniquement du fond du débat. Ces questions, dit-il,