Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/437

Cette page n’a pas encore été corrigée


Je ne sais pas, je ne sais pas,
Ce sont d’impénétrables choses.

Pensivement, d’un geste lent,
En longue robe, en robe à queue,
Sur le soleil au rouet blanc
A filer de la laine bleue.

A sourire à son rêve encor,
Avec ses yeux de fiancée,
A tresser des feuillages d’or
Parmi les lys de sa pensée.

{Entrevisions.)

BARQUE D’OR

Dans une barque d’Orient
S’en revenaient trois jeunes filles ;
Trois jeunes filles d’Orient
S’en revenaient en barque d’or.

Une qui était noire,
Et qui tenait le gouvernail,
Sur ses lèvres, aux roses essences,
Nous rapportait d’étranges histoires,
Dans le silence.

Une qui était brune,
Et qui tenait la voile en main,
Et dont les pieds étaient ailés,
Nous rapportait des gestes d’ange,

En son immobilité.

Mais une qui était blonde,
Qui dormait à l’avant,
Dont les cheveux tombaient dans l’onde

Comme du soleil levant,
Nous rapportait, sous ses puupières,
La lumière.

(Entrevisions.)