Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ROBERT DE SOUZA





Bibliographie. — Toinette à Molière, à-propos en vers dit par Mlle Jeanne Samary à la Comédie française (1890) ; — Le Rythme poétique, Questions de métrique (Perrin, Paris, 1892) ; — Fumerolles, poésies (Mercure de France, Paris, 1894) ; — Sources vers le Fleuve, poèmes (Mercure de France, Paris, 1897) ; — La Poésie populaire et le Lyrisme sentimental (Mercure de France, Paris, 1898) ; — Modulations sur la Mer et la Nuit, poésies (Ed. Deman, Bruxelles, 1899) ; — Les Graines d’un jour, poésies (Floury, Paris, 1901) ; — L’Art public [L’Action esthétique] (Floury, Paris, 1901) ; — La Victoire du Silence [Où nous en sommes], les origines et l’avenir du Symbolisme et du Vers libre (Floury, Paris, 1907).

M. Robert de Souza a dirigé l’Almanach des Poètes de 1896 à 1898. Il a collaboré à de nombreux quotidiens et périodiques et notamment au Mercure de France et à Vers et Prose.

M. Robert de Souza, né à Paris en 1865, débuta tout jeune dans la littérature. Il collabora activement au mouvement symboliste, mais avec une grande indépendance et en se tenant très à l’écart. Il s’est surtout occupé de la technique des nouveaux moyens d’expression revendiqués par les jeunes poètes, s’efforçant de faire du vers libre uue véritable composition rythmique. On lui doit de fort remarquables études sur le Rythme poétique, sur la Poésie populaire et le Lyrisme sentimental, et sur l’Art public.

Depuis plusieurs années, M. Robert de Souza associe la poésie à l’art plutôt qu’à la littérature. Il mène une vigoureuse campagne esthétique pour la défense des monuments et des beautés naturelles et a fondé en 1902, avec le poète Jean Lahor (M. le docteur Henry Cazalis), la Société pour la protection des paysages de France, dont il est le secrétaire général.

De 1894 à 1901, M. Robert de Souza a publié : Fumerolles, Sources vers le Fleuve, Modulations sur la Mer et la Nuit et Les Graines d’un jour. « Sa muse, a dit un critique, va gravement par le monde, sa curiosité recherchant de vastes horizons ; elle s’attarde parfois au récit des légendes et des faits glorieux ; elle