Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/329

Cette page n’a pas encore été corrigée



EDMOND BLANGUERNON

Bibliographie. — Rimes Blanches, poèmes (Fischbacher, Paris, 1896) ; —L’Ombre Amoureuse, poème (Tallandier, LilleParis, 1900) ; — Le Rôle social du poete, conférence prononcée à Lille (Lille, 1902).

A Paraître : La Vie Orgueilleuse, poèmes.

M. Edmond Blanguernon a contribué à la fondation de la revue lilloise d’art et de littérature Le Beffroi, et est l’un des fondateurs de la revue Vox. Il a collaboré à La Foi Nouvelle et aux revues : La Plume, La Revue Septentrionale, Le Festin d’Esope, La Revue Contemporaine de Lille, Le Beffroi, La Revue Critique d’Histoire et de Littérature, La Revue du Nivernais, La Revue Forézienne, La Providence, Le Penseur, Vox, La Revue, La Grande Revue, etc.

M. Edmond Blanguernon, né le 14 janvier 1876, a Bailleul (Nord), d’un père normand et d’une mère flamande, fit ses études à l’université de Lille, où il prit sa licence ès lettres et où il se prépara à l’agrégation. M. Blanguernon fut nommé en 1902 professeur au lycée de Nevers. Il est aujourd’hui professeur au lycée de Douai.

Après avoir débuté en 1896 par un petit recueil de poèmes, Rimes Blanches, qui contenait une promesse, il publia en novembre 1900, chez Tallandier (Lille), L’Ombre Amoureuse. Bien que venant de province, le recueil fut analysé dans beaucoup de revues et de journaux parisiens : La Revue Bleue, La Revue Encyclopédique, Le Mercure de France, La Revue Blanche, La Vogue, etc.

« M. Blanguernon, écrivait dès 1901 M. Laurent Tailhade, a parfois la tendresse et la légèreté de Paul Verlaine… Dans ce poème d’amour, un sentiment profond de la nature ennoblit le désir humain, et si quelques vers des Luxures indiquent par leur brutalité la jeunesse de l’auteur, il convient de louer sans réserve toute la série des Paysages, qui se déroulent comme une tapisserie flamande pleine de verdure, de fontaines et d’oiseaux. Il y a là un Lunaire que le « pogr Lelian » n’eût pas désavoué… D’autres poèmes ont la violence élégiaque de Moschos,