Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/276

Cette page n’a pas encore été corrigée



« Contre votre cœur ;
« Car, pour vos amours de femme,
« C’est un talisman, Madame,
« Qui porte bonheur… »

(Le Poème de la Jeunesse.)

LES LÈVRES ET LE SECRET

ENVOI

Je suis pareil à cet enfant
Qui, laissé seul, dans sa détresse
Fit une lettre et, comme adresse,
Mit simplement : Paris, maman…

De ceux qui m’aimeraient, peut-être,
Moi aussi je suis seul très loin ;
Au hasard, j’ai jeté ma lettre…
Que les hommes en prennent soin !

Pour des êtres charmants et tendres,
Dont j’ignore même le nom,
J’ai fait ces petites chansons…
Puisse une femme les comprendre !

J’ai transcrit là sincèrement
Mon cœur ingrat et peu fidèle…
Maman, Paris… écrit l’enfant…
Mais la lettre arrivera-t-elle ?…

(Les Lèvres et le Secret.)

LES MEILLEURES LETTRES

Oh ! ne déchire pas les lettres de ta mère :
Elles sont le meilleur, en somme, de la vie,
Ce qui ne périt pas pour toi sur cette terre,
Le cœur d’une maîtresse et le cœur d’une amie.
« Mon cher enfant ! mon cher enfant ! te disent-elles,
Comme j’ai peur pour toi de ces nuits de Paris ! »
C’est comme un bruit de source, et c’estcommeunbruitd’ailes
Ce sont des yeux en pleurs sous de chers cheveux gris.
Oh ! ces lettres remplies de soucis et d’alarmes,