Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/248

Cette page n’a pas encore été corrigée



PIERRE DE BOUCHAUD

Bibliographie. — Chez Alphonse Lemerre, Paris : Clodius Popelin, peintre, émailleur et poète (1891) ; — Rythmes et Nombres, poésies (1895) ; — Vie manquêe (1895) ; — Histoire d’un Baiser, nouvelles (1895). — Chez Emile Bouillon, Paris : Pierre de Nolhac et ses travaux (1896). — Chez Alphonse Lemerre, Paris : Les Mirages, poésies (1897) ; — La Pastorale dans Le Tasse (1897) ; — Le Recueil des Souvenirs, poésies (1899) ; — Sur les Chemins de la Vie (1900) ; — Michel-Ange a Rome (1900) ; — La Sculpture à Sienne (1901) ; — La Sculpture à Rome (1901) ; — Raphaël à Rome (1902) ; — Les Heures de la Muse, poésies (1902) ; — Benvcnuto Cel~ Uni (1903) ; — Les Successeurs de Donatello (1903). — Chez Emile Bouillon, Paris : Considérations sur quelques écoles poétiques contemporaines et sur les tempéraments à apporter à certaines règles de la Prosodie française, — Chez Sansot, Paris : La Poétique française (1906).

M. Pierre do Bouchaud a collaboré à la Revue Latine, à la Nouvelle Revue Moderne, etc.

M. Pierre de Bouchaud, né à Chasselay (Rhône), le 24 octobre 1866, a chanté en vers mélodieux la Rome antique, l’Italie, les primitifs, Eros, la nature et la vie. C’est un sage, quelque peu fataliste, qui a trouvé la paix et le bonheur dans le travail. Le rêve idéal qui berce son ame d’artiste est do ceux qui ne trompent pas… Chaque soir, dans son calme logis, cet « amant des loisirs studieux » achève paisiblement la tâche « à l’aubo commencée », et il ne demande pas autre chose que de pouvoir continuer à vivre ainsi, loin de la foule et do ses vaines clameurs, dans un profond recueillement, l’esprit hanté de belles visions.

M. de Bouchaud a publié quatre recueils de poésies : Rythmes et Nombres (1895), Les Mirages (1897), Le Recueil des Souvenirs (1899), Les Heures de la Muse (1902), qui ont trouvé un accueil des plus favorables auprès de la critique. Il est partisan du vers sagement libéré, comme il l’a dit dans sa brochure Considérations sur quelques écoles poétiques contemporaines : « Après la lettre écrite par M. Adolpho Boschot au secrétaire perpétuel