Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/209

Cette page n’a pas encore été corrigée


Le profil de la Belle Heaulmière,
Gargantua le bon géant !

{Au Vent de Gàlerne.)

LES PETITS SABOTS

C’est la nuit qu’Jésus rend visite
Aux bourrassons, aux p’tits petiots,
Dans les bons et les mauvais gites,
Partout là qu’ya des p’tits sabiots.

Tuchez d’y faire un’ plac’ proprette
Vers le bouffoué, près des landiers,
Et de tisonner la flambette
Pour qu’il réchaufF ses petits pieds.

Il est sans dout1 ben qui frissonne
Darrié l’barriau de vot’ courtil,
Attendant que les minuit sonnent
Pour rentrer sous vot’ couvertis.

Comm’ si c’était de bell’s affaires,
Pour un’ berdin’rie à quat’ sous,
Vous y donn’rez un bout d’prière
Et le r’mercierez à deux g’noux.

L’année a p’t-ête été mauvaise…
Ça l’a grêlé sans doute, aussi ;
Dame ! y n’sont pas toujours à l’aise
Là-haut, dans le grand Paradis…

Des gens d’ren, c’est pas difficile…
Et puis l’Jésus pour les pailleux
N’apporte que des chos’s utiles,
Des gros sous et des habits neufs.

Prenez donc garde à vot* chandelle !
La flamm’ qui monte en tortillon
Ferait flamber ses petit’s ailes
Comme des ail’s de papillon.

Le v’ia, l’chérubin qui s’avance,
Tout blond, tout bouclé, tout menu ;