Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/191

Cette page n’a pas encore été corrigée



« Pour être « garde-française »
T’es ben trop petit, mon ami,
T’es ben trop petit,
Dame, oui ! »

La guerre éclate en Bretagne

Au printemps suivant,
Et Grégoire entre en campagne

Avec Jean Chouan…
Les balles passaient, nombreuses,

Au-dessus de lui
En sifflotant, dédaigneuses :
« Il est trop petit, ce joli,

Il est trop petit,
Dame, oui ! »

Cependant, une le frappe

Entre les deux yeux…
Par le trou l’âme s’échappe :

Grégoire est aux cieux !
Là, saint Pierre, qu’il dérange,

Lui dit : « Hors d’ici !
Il nous faut un grand Archange :
T’es ben trop petit, mon ami,

T’es ben trop petit,
Dame, oui ! »

Mais, en apprenant la chose,

Jésus se fâcha,
Entr’ouvrit son manteau rose

Pour qu’il s’y cachât ;
Fit entrer ainsi Grégoire

Dans son Paradis
En disant : c( Mon Ciel de gloire,
En vérité, je vous le dis,

Est pour les Petits !
Dame, oui ! »

(Chansons de la Fleur-de-Lys.)