Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t3.djvu/130

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les sentiers d’amour, ô Ninon,
Sont trop étroits pour la Fortune.

N’ayant plus mes baisers, Ninon,
Ton front se creusera de fièvres.
A la coupe d’or des orfèvres
Tu voudras te griser… Mais non !
Ce ne sera plus, ô Ninon,
La sainte ivresse de nos lèvres.

(Chansons d’amour. — Musique de Maurice Boukay.)


LE LONG DU CHEMIN

À Madame la Princesse de Monaco.

I

Le long du chemin s’amuse l’enfance.
« Chante, grande sœur ! Protège nos pas ! »
Mais la sœur, un soir, porte sa romance
À d’autres foyers qu’on ne connaît pas.

Le long du chemin, la jeunesse danse.
Oh ! la chère main qu’on tient dans sa main !
Et la bien-aimée en soi-même pense
Au rival heureux qui l’aura demain.

II

Le long du chemin, passé la trentaine :
On cherche un baiser quand vient la moisson.
Le semeur d’amour récolte la haine,
Le cœur se déchire à chaque buisson.

Le long du chemin, qui frappe à la porte ?
C’est une compagne — oh ! la douce voix ! —
C’est une compagne, et l’hiver l’emporte,
Et l’on reste seul, chargé de sa croix.

III

Le long du chemin, vieillard, fais ton somme !
N’as-tu pas l’enfant pour t’aimer enfin ?