Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/506

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
477
FRÉDÉRIC BATAILLE

d’eux-mêmes) ce qu’il doit à Lamartine, à Hugo, à Musset, à Laprade, à Sully Prudhomme, à Soulary, à beaucoup d’autres, et par suite de quelles transformations, de quelles inoculations, il est devenu un écrivain original, personnel, très différent des imitateurs d’écoles, disciple lui-même de tant de maîtres qu’il ne l’est plus d’aucun… »

M. Frédéric Bataille a publié plusieurs recueils de vers, la plupart couronnés, qui lui ont assuré une place parmi les meilleurs poètes de l’heure présente. Il a chanté avec un rare bonheur le foyer, le village, la patrie, les affections familiales, l’amitié, la nature et la poésie. Il aime d’un égal amour les faibles et les forts ; les enfants, les humbles laboureurs attachés à la glèbe et les grands lutteurs, les hommes d’action, les semeurs d’idées. Le fond même de sa poésie semble être cette profonde tristesse, cette cruelle nostalgie qui est l’apanage, hélas ! de tant d’esprits d’élite.

Ajoutons, à titre de renseignement biographique, que M. Frédéric Bataille est officier de l’Instruction publique, membre correspondant de l’Académie de Besançon et membre de plusieurs sociétés artistiques et littéraires.




ÉPOUSES DES DAMNÉS


Ô vierges qui croyez à la voix des poètes
Et dont les rêves purs quittent leurs paradis
Pour répondre à l’appel des radieux maudits
Que la chimère impie emporte sur les crêtes !

Colombes qui bravez la foudre et les tempêtes
Pour suivre les aiglons vers les noirs infinis
Où l’on n’entend jamais les sources et les nids
Chanter le renouveau qui refleurit nos fêtes !

Anges de la pitié, vous gardez sans retour
À ces beaux exilés l’impérissable amour
Qui vous brûle la chair sans assouvir votre âme !

Épouses des damnés, vous essuyez leurs pleurs
Et mettez sur la plaie où saignent leurs douleurs
Des tendresses de mère et des baisers de femmes !


(Choix de poésies.)