Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/497

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





GEORGES BOUTELLEAU





Bibliographie. — Romans : Les Vies brisées (Léon Vanier, Paris, 1872) ; — Une Fille du peuple (Dentu, Paris, 1880) ; — Méha, mention de l’Académie française (Ollendorff, Paris, 1332) ; — La Demoiselle (Ollendorff, Paris, 1884) ; — Américaine (Ollendorff, Paris, 1887). Ont paru, en outre : dans Le Siècle : Judes ; — dans La Justice ; Etoile filante ; — dans Le Moniteur : Yvanc. — Poésies : Varia, recueil de pièces couronnées au concours de La Rochelle, médaille d’or (1872) ; — Poèmes en Miniature (Lemerre, Paris, 1881) ; — Le Vitrail (Lemerre, Paris, 1887) ; — Les Cimes (Fischbacher, Paris, 1894) ; — Le Banc de pierre, ouvrage couronné par l’Académie française (Lemerre, Paris, 1905). — M. Georges Boutelleau a également écrit des drames en vers, en cours de publication : Torquato Tasso, cinq actes ; — Sémiramis, cinq actes ; — Le Dieu, trois actes ; — Le Pardon, un acte ; — Une Visite, un acte ; — des drames en prose : La Prophétesse, quatre actes ; — Le Visionnaire, trois actes ; — Le Roi Thalmond, quatre actes ; — et des comédies : Le Charmeur, trois actes ; — Le Virtuose, quatre actes ; — Madame Renée, trois actes ; — La Corbeille, un acte ; — L’Accusée, un acte ; — Le Foyer, un acte ; etc.

M. Georges Boutelleau a collaboré à de nombreux journaux et revues. Il a écrit plusieurs séries de nouvelles.

M. Georges Boutelleau est né en 1846, à Barbezieux (Charente). Il fit ses études au lycée d’Angoulême. Esprit vif et primesautier, et doué d’une imagination brillante, il composait à cette époque des poésies qui lui valurent de précoces distinctions. Ses études terminées, il visita l’Angleterre, la Hollande, la Suisse, l’Espagne, la Tunisie, etc., et rapporta de ces divers pays des impressions précieuses.

M. Georges Boutelleau est connu comme romancier, comme auteur dramatique et comme poète lyrique.

Les Poèmes en miniature lui valurent, dès leur apparition, les éloges de Théodore de Banville : « Il y a chez Georges Boutelleau, écrivait l’illustre poète, une originalité vraie, subtile,