Ouvrir le menu principal

Page:Walch - Anthologie des poètes français contemporains, t1.djvu/344

Cette page n’a pas encore été corrigée



« Demain ! j’irai demain voir ce pauvre chez lui ;
Demain je reprendrai ce livre ouvert à peine ;
Demain je te dirai, mon âme, où je te mène ;
Demain je serai juste et fort… Pas aujourd’hui. »

Aujourd’hui, que de soins, de pas et de visites !
Oh ! l’implacable essaim des devoirs parasites
Qui pullulent autour de nos tasses de thé !

Ainsi chôment le cœur, la pensée et le livre,
Et, pendant qu’on se tue à différer de vivre,
Le vrai devoir dans l’ombre attend la volonté.

L’ÉTRANGER

Je me dis bien souvent : De quelle race es-tu ?
Ton cœur ne trouve rien qui l’enchaîne ou ravisse,
Ta pensée et tes sens, rien qui les assouvisse :
Il semble qu’un bonheur infini te soit dû.

Pourtant, quel paradis as-tu jamais perdu ?
A quelle auguste cause as-tu rendu service ?
Pour ne voir ici-bas que laideur et que vice,
Quelle est ta beauté propre et ta propre vertu ?

A mes vagues regrets d’un ciel que j’imagine,
A mes dégoûts divins, il faut une origine :
Vainement je la cherche en mon cœur de limon ;

Et, moi-même étonné des douleurs que j’exprime,
J’écoute en moi pleurer un étranger sublime
Qui m’a toujours caché sa patrie et son nom.

J’AI BON CŒUR, JE NE VEUX A NUL ÊTRE AUCUN MAL…

J’ai bon cœur, je ne veux à nul être aucun mal,
Mais je retiens ma part des bœufs qu’un autre assomme,
Et, malgré ma douceur, je suis bien aise, en somme,
Que le fouet d’un cocher hâte un peu mon cheval.

Je suis juste, et je sens qu’un pauvre est mon égal,
Mais, pendant que je jette une obole à cet homme,